Sur son blog, iPolitique, Laurent de Boissieu, qui a sorti sa calculette, et pour La Croix (avec Alban de Montigny), s’est penché sur les résultats communiqués, soit par le Parti socialiste, soit par la ‘’haute’’ autorité des primaires, et l’exagération de la #Participation annoncée. J’ai depuis rafraîchi l’affichage de la page du site des primaires citoyennes, toujours identique (à 17:50) à celle des 10 heures. Le cafouillage est indéniable. Mais on en vient à se demander si cafouillage ne rime pas trop, et de manière flagrante, avec tripatouillage. Il y aurait eu ‘’gonflette’’. Certes pas au point d’envisager qu’une candidate ou un candidat puisse songer à un recours.

Publicité
Publicité

Mais quand le total des voix affiché en tête de tableau et le recompte qui en est fait révèle une différence de 160 votants, ‘’attribués’’ ou ‘’affectés’’ en faveur de Sylvia Pinel, quand la page Twitter affiche une capture d’écran ‘’sur 95% des bureaux de vote’’ et le site révèle un autre résultat (minime : juste une voix de différence, mais…), on se pose des questions. Pas de quoi s’offusquer, absolument aucune raison de douter du classement, certes. Mais comme le commente France Info, en l’’’absence de matière statistique, impossible pour les médias de procéder à leurs propres comptages et recoupements’’. Libération a obtenu des explications à peu près convenables. Il y aurait ‘’bogue sur bogue’’. On veut bien en convenir, ce fut le cas dès la mise en ligne du site. Plus gênant : des bureaux annoncés semblent s’être évanouis.

Publicité

Il en manquerait 530. Mazette ! L’essentiel est que, sauf surprise, voire stupéfaction, Benoît Hamon et Manuel Valls valideront les résultats. On mettra les disparités sur le compte d’un dispositif de transmission des résultats via une application pour téléphone mobile et (ils, nous) vous (sans doute aussi) tournerez la page (M’sieur Pivot, là, j’ai tout bon ?).

Rigolade

N’empêche… Qui a participé à des tenues de bureaux et à des dépouillements rigole. Car même en des bureaux de quartiers où le vote socialiste est très fort, le nombre de participants à ces primaires fut… décevant pour les socialistes. Quel que soit le chiffre définitif, c’est patent. Le patron de la fédération parisienne fait état de 126 437 votants à Paris. ‘’Mais tout est gâché par un pataquès à Solférino’’, confie-t-il au Monde. Lequel au juste ? Nous ne tenterons pas de deviner. Ce qui importe, c’est que le report des voix de Montebourg sur Hamon semble quasi-sûr, et que les aubristes et consorts appuient aussi le vainqueur du premier tour.

Publicité

La Présidentielle

Mais la question essentielle qui reste posée, quel que soit le résultat du second tour, c’est de savoir si c’est la quatrième place ou la cinquième au premier de la présidentielle qui est atteignable. Pour Nicolas Chapuis, du Monde, s’il n’y a pas moyen de remonter la pente ‘’il ne sert à rien d’y aller’’. Opinion personnelle, mais peut-être déjà partagée, par le futur vainqueur du second tour, par l’appareil du PS ? Le bilan Hollande-Valls, vu à cette aune, est lourd. Le ‘’#fait alternatif’’ décelé par Le Monde, est qu’on ne sait qui a gonflé les résultats de près de 28 % pour chaque candidat lors de l’actualisation du site. Mais les faits alternatifs vont abonder dans les déclarations de Valls sur Hamon et d’Hamon sur Valls. Et ce n’est pas bon du tout pour le Parti socialiste en son ensemble. En sus, lors du débat entre les deux, le 25 à 21 h sur France 2, TF1 et France Inter, on peut redouter le retour sur cette question du décompte des voix. Épiphénomène ? Hmm… Formulons-là ainsi, ‘’le PS est-il vraiment en bon ordre de marche pour porter le vainqueur au maximum des voix qu’il peut atteindre au premier tour de la présidentielle ?’’. Je crains que les nez des deux candidats ne s’allongent, ou qu’ils botteront en touche. Pour l’anecdote, à Moyeuvre-Petite (Moselle), 369 inscrits, il semble que le seul électeur, le maire, ait voté pour Valls. Les assesseurs se seraient-ils abstenus ? Cocasse. Qu’en disent les alterfactuels du PS ? #Primaire de la gauche