Pas de remboursement de l'argent gagné pas sa famille. Pourquoi Pénélope ne s'exprime pas ? Mystère !

François Fillon a reconnu que sa femme avait travaillé pour lui en circonscription, il a évoqué les sommes de 651 000 euros reçues par sa femme en 15 ans et celles reçues par ses enfants. Il estime qu’il est le seul candidat légitime pour représenter la Droite. Il n’est pas assujetti à l’ISF et il estime qu’une majorité des électeurs à Droite ne souhaite pas que la France soit confrontée à une alternative FN/Macron.

Un choix

Fillon est revenu sur son programme car il estime que c’est le meilleur. Il a défendu sa femme Pénélope qui ne dit mot, car il dit et précise que sa femme était au courant, donc il ne s’agissait pas d’une opération subreptice de Fillon car sa femme a travaillé avec lui.

Publicité
Publicité

Fillon est de retour et droit dans ses bottes, il affirme que ni sa femme, ni ses enfants, ni sa société ne sont dans l’illégalité, il n’a jamais subi de redressement fiscal. Il fustige le journal Le Monde pour des informations publiées par ce journal. Il estime que ses enfants doivent être laissés en dehors de ses déboires politiques. Il va plus loin en affirmant que ni la justice, ni quelqu’un d’autre peut affirmer la véracité d’un travail d’un assistant parlementaire, ce qui est quand même grave vis-à-vis de la conception démocratique de la vie politique. #François Fillon estime qu’il est légitime, qu’il a gagné les élections primaires et que personne ne peut le remplacer. Cela montre les insuffisances des primaires car on ne peut transférer la légitimité des primaires à partir d’une vingtaine de personnes qui en auraient décidé autrement (mise ne place d’un plan B).

Publicité

Il existe néanmoins un malaise important : Fillon ne répond pas sur l’effectivité du travail de son épouse.

Personne ne conteste la légalité des actions de Fillon, mais il fait qu’il prouve que ses enfants et sa femme aient réellement travaillé. Dommage, l’attente de Fillon avant ce jour, a terni l’images des politiques en démocratie qui estiment que tous les politiques sont pourris.

On a l’impression que Fillon regrettait que tout ceci soit mis sur la table, pour que le business de la dissimulation et de la tromperie des hommes politiques et des Politiques continue. C’est tragique et cela rappelle les démocraties bananières africaines. Que les hommes politiques français arrêtent de donner des leçons de morale et d’éthique aux hommes politiques africains. Pendant la conversation avec les journalistes, Fillon a montré que lors de son procès les Français vont changer d’opinion et l’élire. Il a critiqué fortement les journalistes et aregretté que personne d’entre eux n’a pris sa défense car il a été lynché, assassiné pendant dix jours.

Publicité

Il pense avoir fait son mea culpa et que les français sauront reconnaitre le vrai candidat, le bon Fillon qui a fait acte de contrition.

Sommes conséquentes

Fillon estime que les sommes ont été normalement gagnées par sa famille et qu’il n’y a pas lieu d’en discuter même si les faits demeurent troublants pour l’opinion publique.

Fillon reste droit dans ses bottes car il estime qu’une grande partie de sa famille politique n’a pas compris. Fillon reste candidat avec tous les risques de faire perdre la droite républicaine. Il a exprimé des regrets. A-t-il a menti ? Ce serait dommage, même s’il essaie de retrouver de l’oxygène. On reste dans l’émotion et non pas dans la rationalité instrumentale et procédurale. Malheureusement, les Français n’ont rien à faire de son patrimoine sur son site, même si Fillon pense que cela va clore l’affaire.

La mise au point de Fillon nous laisse insatisfaits : excuses, réformes du statut du parlementaire, regrets et quoi d’autres, pas grand-chose ? Pour certains des Français, Fillon est moralement discutable pour lui permettre de représenter la Droite française et le Centre à l’élection présidentielle. Wait and see, comme diraient nos amis anglais du Brexit. Attendons et observons. La vie politique française est tellement imprévisible, #Marine Le Pen #Emmanuel Macron