Chez nous #Afrique au Sud du Sahara, il n'est pas rare d'entendre dire qu'à chaque peuple et à chaque pays, sa #Démocratie. Pareillement, pour certains Africains, les pays africains sont indépendants. Mais pour d'autres africains, l'Afrique n'est pas réellement indépendante car l'occident s'ingère trop souvent dans les affaires africaines. Face à de tels raisonnements, on peut bien se demander si la démocratie et l'indépendance étaient des notions à variables géométriques, ou si tout simplement elles étaient des notions conjoncturelles, contingentes, voire aléatoires. Dans cet article, nous allons donner notre avis personnel sur les deux notions d'indépendance et de démocratie.

Publicité
Publicité

L'indépendance, c'est l'indépendance, il n'y a pas deux indépendances mais une seule indépendance

Plusieurs sont les Africains qui ont tendance a séparer l'indépendance politique de l'indépendance économique. Ainsi, les entend-t-on dire que les pays africains ont acquis leur indépendance politique au siècle dernier vis-à-vis des pays colonisateurs. Et, qu'en ce 21ème siècle, ils seraient maintenant à la recherche de leur indépendance économique. Dans cette perspective, une question se pose : peut-on vraiment séparer l'indépendance politique de l'indépendance économique ?

Pour ce qui nous concerne, nous répondons par la négative car de notre avis, l'indépendance politique et l'indépendance économique ne sont pas séparables, tant elles vont ensemble et s'imbriquent l'une et l'autre.

Publicité

Pour corroborer nos propos, donnons un exemple pratique : dans la vie courante, lorsque l'on dit qu'une personne est indépendante, c'est qu'elle ne dépend de personne ni de rien. Une telle personne est autonome, elle s'auto-gère en décidant de tout ce qui la concerne. Elle établit souverainement des projets de vie en fonction des moyens physiques, intellectuels, matériels, économiques et financiers dont elle dispose pour les réaliser. A vrai dire, c'est l'état et la capacité des personnes qui déterminent leur niveau d'autonomie. Sauf, en cas de défaillance partielle ou totale, les personnes sont placées sous tutelle ou sous curatelle. Ainsi en est-il des pays. Soit, ils sont indépendants, souverains, et ils s'assument seuls, soient ils ne le sont pas, et alors, ils sont défaillants, transformés en condominium, ou placés sous mandat de l'ONU.

On le voit bien, il n'y a pas plusieurs types d'indépendances pour un même individu, a fortiori pour un même pays. Il n'y en a qu'une seule. Il est donc illusoire de concevoir deux types d'indépendances (politique et économique) car les deux vont ensemble, et l'une emporte l'autre. Pour tout dire, on est indépendant ou on ne l'est pas.

Publicité

Ainsi en va-t-il de la démocratie.

La démocratie est une notion invariable dans l'espace et le temps

Autant la notion de peuple reste invariable dans l'espace et le temps, autant l'exercice de son pouvoir (la démocratie) reste invariable dans l'espace et le temps. En effet, dans leur composition humaine, les peuples, restent les mêmes, d'un continent à un autre, d'un pays à autre. Et même si les usages et coutumes des peuples diffèrent entre eux, chaque peuple est toujours composé d'hommes, de femmes, de vieillards et d'enfants ayant des droits fondamentaux. D'où, « les hommes naissent et libres et égaux en droit » Article 1er de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.

De ce qui précède, on comprend aisément que la tentative de certains hommes politiques africains visant à faire croire à leurs citoyens que leurs pays peuvent faire l'économie de la démocratie athénienne pour se forger leur propre démocratie est une manœuvre de mauvaise augure. Elle signifie tout simplement que ces hommes politiques préfèrent à la démocratie, d'autres régimes politiques plus commodes, leur permettant d’asseoir leurs pouvoirs dans la durée, si ce n'est pour toujours, et ce, sans la moindre contestation du peuple.

Il appartient donc aux peuples africains de s'informer sur leurs droits pour éviter d'être abusés. #Culture