#Givors (Rhône). Le secrétaire départemental du #PCF du Rhône s'est fendu d'une lettre ouverte à Martial Passi, maire de Givors, ce mardi 21 mars 2017, courrier que Lyon 1ère a repris sur son site. Raphaël Debû a fait dans le grand classique en dénonçant la presse et en condamnant le travail des oppositions municipales. Alors que les élus PC siègent plus souvent dans l'opposition que dans la majorité, dans les villes françaises. Bien sûr que la défense est connue et même très répandue de nos jours. Penelope aurait un peu oublié de travailler, serait soupçonnée d'emploi fictif: c'est la faute à la presse. A croire que les journalistes auraient du remplir le boulot de cette soit-disant attachée parlementaire.

Publicité
Publicité

Le 15 janvier, le journal L'humanité, bible des communistes à la recherche de l'objectivité de la presse (!) publiait un papier très intéressant reprenant quinze éditoriaux de la presse française au sujet de l'affaire Fillon. Paule Masson, de l'Humanité écrivait entre autres: "L'austère Fillon aime le luxe... on connaissait déjà la propension du champion de la rigueur budgétaire à dépenser sans compter l'argent des contribuables pour assurer son train de vie de nanti... " Mais voilà, il s'agissait de Fillon. Alors dire que Fillon dépensait l'argent des contribuables pour ... était parfaitement entendable pour l'Humanité. Quand Debû parle d'une campagne de presse, notamment de la presse locale, quand il évoque comme pour Fillon une persécution, il oublie que Le Progrès, journal local de la zone de Givors (Rhône) a évoqué et dénoncé et les frasques de Fillon et les affaires de Givors.

Publicité

Sauf que dans un cas il s'agit d'un bon journal, dans l'autre cas d'un "torchon". De plus en plus informées, les populations tombent de moins en moins dans ce panneau qui consiste à mettre sur la presse les incohérences, les abus, les déviances des partis. François Fillon a le droit de se défendre. Martial Passi aussi. Et ses habitants vont même l'y aider en participant aux frais de justice. Les amis de Fillon ont le droit de penser que leur "boss" sera blanchi, comme les amis de Passi sont persuadés qu'il en sera de même pour lui. Les oppositions, au même titre que les majorités, sont élues par le peuple. Peuple qui a le droit d'être défendu. On imagine effectivement qu'il y aurait bien peu d'affaires dans les villes françaises si ces oppositions étaient bâillonnées.

Mohamed Boudjellaba dans l'oeil du cyclone du PCF !

On n'aurait même pas la famille Balkany, vomie par... les communistes. Dans une précision publiée dans la presse du jour, Amelle Gassa, adjointe en charge des questions juridiques et de l'Université populaire, va dans ce sens et indique: "...

Publicité

l’opposition (à gauche comme à droite) constituait (e) des garde-fous et garantissait (tit) la démocratie...". Si Debû cite aussi Alain Pélosato (LR) et Antoine Mellies (FN) c'est bien Mohamed Boudjellaba qui est, actuellement, dans l'oeil du cyclone rouge. Lui qui est accusé de bloquer la machine avec ces incessantes questions. Pire, avec de non moins incessantes demandes de documents... municipaux.

Amelle Gassa au nom de la loi

Amelle Gassa explique ne pas vouloir "émettre la moindre critique concernant les différents recours juridiques exercés par l’opposition ainsi que les affaires en cours..." Mais aussi d'expliquer que: "Trop souvent, certains peuvent penser qu’une fois la légitimité conférée par le vote, il suffit à la majorité de mettre en œuvre son programme, si possible sans entrave, pour rester fidèle à son mandat, tandis que l’opposition est condamnée aux manœuvres d’obstruction..." Et Amelle Gassa d'estimer que "nul ne pouvait être effrayé par le droit ». Pas sûr qu'elle ne soit comprise par tous ses amis de la Majorité, mais elle aura été entendue. #Mohamed Boudjellaba