Il y a désormais LR (Les Républicains canal historique) et LR (Les Régaliens canal habituel maintenu de rite ré-accepté). Chaque LR, l'air de rien n'en dire, étant éparpillé entre divers courants. Cette scission "à la corse" (mode FNLC) s'étend aux mouvements de jeunesse, dont Jeunes avec Fillon qu'ont déserté les obédiences et loges Sarkozy, Le Maire, Juppé. On devra sans doute attendre lundi ou mardi soir pour y voir plus clair et qui rassemblera qui derrière qui. Car le maintien ou le retrait de #François Fillon tiennent à deux facteurs. D'abord l'ampleur du rassemblement "populaire" de soutien à François Fillon, dimanche, sur le parvis des Droits de L'Homme Fillon, place du Trocadéro à Paris.

Publicité
Publicité

Il a été fort bien annoncé, contrairement à ceux du mouvement #StopCorruption des deux semaines passées et du dimanche qui vient. Ce ne sont pas tout à fait des manifestations anti-juges ou pro-magistrats, mais cela y ressemble très fort. Le gros des troupes du mouvement #Stop Corruption parisien sera à la République, mais il n'est pas exclu que d'aucunes et d'aucuns fassent retentir des casseroles au Trocadéro. Le courant filloniste maintenu Sens commun, organisateur, appelle veilleurs et manifestants de La Manif pour tous à venir au Trocadéro. Si l'affluence est forte ou très forte, François Fillon se sentira conforté. Si elle est médiocre, il lui reste les sous des dons et même sans trésorier Les Républicains (remplacé par un Les Régaliens), il peut mettre sous séquestre les fonds, ou tenter de les bloquer à son profit.

Publicité

Ce sont les deux atouts qui lui restent : un socle effrité mais capable de lui obtenir le remboursement de ses frais de campagne présidentielle par les contribuables, et du pognon, du pognon, du pognon. Ce qui évoque le fameux "du cul, du cul, du cul", version hétéro-catho avec Sens commun, et pas très propre, plutôt "tirelire-tirela" avec le Penelopegate.

Per qui y sont ? Eleison

Perquisition au domicile du couple Fillon : pour les uns, cela signifiera que les policiers n'ont rien trouvé, pour les autres cela vaut certitude que les fortes présomptions conduiront à une, des mises en examen de François et Penelope Fillon, conjointement ou non. Qui riez, prenez pité (eleison). Patrick Stefanini, dont la démission a été refusée, se coordonnera avec Sens commun pour faire de la manifestation du Trocadéro un succès. Mais pour Les Républicains canal historique, elle passe pour factieuse. Fillon incarne les ligues et le général Boulanger. Et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir faire cordon de grève isolant la campagne Fillon.

Publicité

Mais aussi à tarir les afflux vers Emmanuel Macron. Ainsi, le convoité Jean-Louis Borloo, président fondateur de l'UDI, a-t-il déjeuné avec le déserteur Thierry Solère. Ce n'est sans doute pas en tant qu'avocat accordant une consultation gratuite de renfort de la "défense lunaire" du dirigeant de Thierry Solère Conseils auquel Le Canard enchaîné a encore consacré deux-tiers de page (il reste sous le coup d'une enquête judiciaire). De leur côté, Bernard Accoyer et Gérard Larcher ont sondé Nicolas Sarkozy. Certains dissidents de Fillon penchent pour Alain Juppé, comme Claude Malhuret ou Michèle Tabarot et Jean Leonetti, d'autres, comme Nadine Morano ou Philippe Richert, pour François Baroin. François Fillon dispose cependant d'une petite réserve : la fachosphère complotiste le fait passer pour un anti-sioniste pro-russe et pro-Bachar, tant bien même le magazine Causeur le soutient-il à grands renforts d'articles élogieux. Car ce serait le clan Rotschild qui aurait actionna le Penelopegate. Simplissime ! Simplissimo i mai per sempre non troppo. Qu'on ne s'attende pas pour autant à voir des drapeaux palestiniens au Trocadéro (ni le chanteur Antoine des Élucubrations, qui n'a rien à voir avec tout cela). Les deux LR tentent d'endiguer les fuites vers Macron ou le Front national, et la réconciliation lors des législatives paraît compromise.