La réunion du comité politique de LR évalue le 6 mars 2017 la situation politique créée par l’Affaire Fillon. Ce comité doit poser une série de questions, une au moins semble se détacher : faut-il laisser François Fillon continuer sa campagne ou bien trouver un candidat de remplacement qui pourrait être Alain Juppé ?

Publicité

L’hypothèse Juppé est dans toutes les têtes mais plusieurs conditions sont posées par l’impétrant : un désistement et un appel de la part de Fillon, un vote positif en sa faveur de la part de tous les membres du comité politique. Juppé observe et attend les retombées de la mobilisation des peuples de Droite ce dimanche 5 mars pour sortir éventuellement du bois.

Publicité

Le retour dans la campagne présidentielle d’Alain Juppé en cas de désistement de #François Fillon, est une hypothèse possible. En revanche le comité politique peut être confronté à un problème : comment déléguer la légitimité obtenue par Fillon dans les urnes vers Alain Juppé ? Si Juppé doit reprendre le flambeau filloniste, il faut que la base électorale, celle de Fillon, accepte Juppé qui doit ouvrir son discours vers les thèmes traditionnels de la Droite, comme l’immigration, la sécurité, l’autorité de l’Etat, de manière plus dure. Juppé est-il disposé à aller plus loin ?

De Fillon à Juppé : la délégation d’une légitimité limitée

Comment Juppé accueillera-t-il cette délégation de légitimité limitée dont il sera le dépositaire en cas de désistement de François Fillon ? Comment articuler dans un même discours les attentes contradictoires des peuples de Droite et du Centre ? Une fois le désistement acquis, qui dirigera le parti LR ? Les fillonistes ? Les juppéistes ? Ou les Sarkozistes ? Voilà la Droite repartie dans ses oppositions maladives et tragiques.

Publicité

Juppé, malgré son placement au Centre Droit est piégé et il n’aura pas d’autre choix que de reprendre le programme de Fillon car c’est ce projet que veut la Droite pour la France, c’est ce projet sur lequel Fillon a été désigné vainqueur de la primaire. Fillon n’a pas dit son dernier mot, comme Pénélope vient de le dire dans le Journal de Dimanche de ce dimanche 5 mars : son époux doit aller jusqu’au bout. On peut penser que Fillon va sacrifier la Droite pour des ambitions personnelles en maintenant sa candidature. Fillon attend avec impatience deux événements : l’appel du Trocadéro ce dimanche 5 mars et la convocation du juge le 15 mars. Pour l’instant, c’est toujours Fillon le candidat et Juppé n’est pas un élément de rechange. #Élections #Alain Juppé