On peut constater que le taux d'#abstention est environ égal au pourcentage de vote pour le candidat favori de chaque région en #France métropolitaine. En outre-mer cependant, l'abstention domine largement avec notamment 65,31% d'abstentionnistes en Guyane. Ce taux élevé est dû à l'éloignement avec l'Hexagone menant la population à se sentir moins concernée par les enjeux des élections mais cela les empêche de faire entendre leur voix et se sentent souvent oubliés par le gouvernement.

Ceux qui ont besoin de changement votent moins

Selon l’Ipsos (institut de sondage français), 75% des personnes inscrites sur les listes électorales ayant leur dernier diplôme obtenu au niveau inférieur au bac pensaient voter au premier tour contre 81% pour les niveaux d’au moins Bac+3.

Publicité
Publicité

Par ailleurs, 70% des personnes aux revenus inférieurs à 1250 € ont déclaré qu’elles ne comptaient pas s’abstenir, contre 84% pour les foyers aux revenus supérieurs à 3000 €.

Ainsi, on constate que ceux qui votent le plus sont ceux qui ont une situation stable et qui n’ont pas de vrais problèmes financiers. On constate aussi que les personnes pessimistes ont tendance à moins voter.

Les principales raisons de l’abstention

41 % sont déçus des politiciens

20 % ne croient pas au changement

19 % ne trouvent aucun programme convaincant.

13 % étaient indisponibles

7 % ne s’intéressent pas à la politique

Barrage républicain, késako ?

Le front républicain est un rassemblement de la gauche et de la droite pour s'opposer au Front National lors d'une élection. Se fier au barrage républicain en s’abstenant n’est pas une bonne idée car ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Publicité

Les extrémistes le savent et s’abstiennent très peu (seulement 9% des personnes s’auto-positionnant très à droite se sont abstenues).

L’abstention après déception ?

Parfois il faut savoir mettre son estime de côté afin d’agir intelligemment. En quoi le vote blanc ou l’abstention – à l’heure actuelle – ont un impact sur la société ? Le vote blanc est symbolique mais stérile. Quant à s’abstenir, cela revient à se mélanger aux fainéants, aux je-m’en-foutistes et à ceux qui ne veulent pas se sentir responsables de la situation. Celui qui ne vote pas ne refuse rien, il cautionne tout.

Si vous avez le sentiment de devoir choir entre la peste et le choléra, dites-vous que lorsque la démocratie nous a offert le choix entre une multitude d’idéologies, la majorité a fait son choix, c’est ainsi. Maintenant c’est à vous d’épargner à la France ce qui vous semble le pire, et ça c’est aussi un acte – voire un devoir – civique. Pour conclure, ne pas choisir, c’est laisser faire. #présidentielle