Piégé par un micro resté ouvert lors d'une interview sur BeurFM, #Emmanuel Macron a "franchi le rubicon" en défendant "bec et ongles" un de ses proches, le référent d'#En Marche #Mohamed Saou, qui a des accointances avec la douteuse organisation islamiste CCIF et le Parti raciste des Indigènes de la République. Pour un certain nombre de journalistes, Mohamed Saou aurait été recruté par Emmanuel Macron pour drainer et capter le vote musulman. Et pour conserver le bénéfice de ce vote musulman, Emmanuel Macron a clairement indiqué aux journalistes de la station BeurFM "qu’il ne condamnait pas les prises de position islamistes, anti-démocratique, misogynes, homophobes et communautaristes de son référent Mohamed Saou".

Publicité
Publicité

A l'époque du premier attentat meurtrier, Mohamed Saou a dit, écrit, et répété "Je ne suis pas Charlie".

Qu'est ce qui peut pousser un ancien conseiller de l'Elysée, un ancien Ministre de l'Economie, un candidat à l'élection présidentielle en tête dans les sondages, à conserver à ses côtés et à défendre un islamiste intégriste ? Toutes proportions gardées, cela m'apparait comme si le Président Obama avait déclaré en 2012 "Ben Laden a fait une ou deux conneries, mais c'est un type bien !" . Emmanuel Macron, qui entend devenir le prochain Président de la République Française a textuellement déclaré, en évoquant son ami d'En Marche Mohamed Saou : "Il a fait un ou deux trucs un peu plus radicaux. C'est ça qui est compliqué. Mais à côté de ça, c'est un type bien. C'est un type très bien, Mohamed. Et c'est pour ça que je ne l'ai pas viré".

Macron dépassé par sa popularité fulgurante et victime d'une 'breakdown' ?

Dans la dernière ligne droite de la campagne des élections présidentielles, Emmanuel Macron donne un peu l'image d'un "enfant gâté", qui casse un à un tous ses jouets.

Publicité

Pour capitaliser davantage les intentions de vote, Emmanuel Macron aurait sans doute mieux fait de vanter le savoir faire des entreprises françaises, ou encore le "Gault et Millau", dont l'édition 2017 a dévoilé 1000 nouveaux chefs chez Paul Bocuse. Ou encore le tourisme, les dirigeants de la cité du chocolat Valrhona qui multiplient les synergies. Non, trois fois non ! Emmanuel Macron préfère parler de ses nouvelles liaison dangereuses dans la galaxie Islam. Souvent accueilli en Ardèche, avec sa casquette de Ministre de l'Economie, dans les ateliers du célèbre constructeur de cars et de bus, Emmanuel Macron aurait pu, à loisir, vanter Le train de l'Ardèche et la Caverne du Pont d'Arc, moteurs français du tourisme , évitant de donner des bâtons pour se faire battre.