Si #François Fillon a laissé passer le délai de prescription pour déposer la plainte promise contre Le Canard enchaîné à la suite du #Penelopegate, si Mediapart atteint toujours une sommation d'huissier, Philippe Poutou ne risque rien, même si, en l'état des choses, dire qu'un présumé innocent est un voleur l'expose vraiment à une condamnation. Mais menacer, se rétracter, atténuer,, en remettre, dire tout (et faire) et faire son contraire, c'est devenu la marque du candidat LR désormais nettement appuyé par Nicolas Sarkozy. Qui se ressemble s'assemble. Le Canard enchaîné avait indiqué que l'ex-collaborateur de l'hebdo Marianne, Joseph Macé-Scaron, était devenu la plume de François Fillon.

Publicité
Publicité

Dans un premier temps, l'intéressé dément véhémentement. La rédaction de Marianne, sa société des rédacteurs, pas dupes, prennent leurs distances, indiquent que le confrère ne siège plus au comité éditorial, évoquent "les mensonges" et le "naufrage éthique" de François Fillon (sans risque de poursuites). Et voici que, selon l'adage une info, un démenti, deux infos, Joseph Macé-Scaron se flatte pour le Figaro (qui le désigne, à tort, comme lui-même, président du comité éditorial de Marianne alors qu'il a – été ? – démissionné, d'avoir "participé à l'élaboration de textes" et même à sa demande. Il n'est d'accord sur presque rien avec François Fillon (ou "Farid Fillon" pour la fachosphère) mais voilà que ce dernier serait plus radical encore face à la menace du "totalitarisme islamique" que...

Publicité

qui ? Les services de renseignement, Marine Le Pen, la mouvance identitaire ? Le journaliste recyclé dans la com' auprès d'Anne Méaux, termine par un "deux siècles après Lichtenberg, ce n'est pas seulement la France qui fermente". J'ai beau être un cuistre consommé, endurci, je me perds dans les toponymes (alsacien, néerlandais, austro-allemands) et homonymes, et ne pressens qu'une référence à Georg Chistoph Lichtenberg (1742-1789), auteur de la Prononciation des moutons de l'ancienne Grèce. Diantre, Fillon veut-il rétablir l'orthographe ancienne et acceptée du temps des Lumières ? Notons qu'il se dit "bashé" (franglais dérivé de bashing) et non "bâché" (dissimulé, vêtu d'Arnys pour le printemps, comme l'ont transcrit divers titres). Macé-Scaron est l'auteur de L'Horreur religieuse (Plon). Lui doit-on le discours du Puy-en-Velay, à l'ombre de la cathédrale ? Pour lui, la (les) religion(s) demeure(nt) "un totalitarisme primitif, une entreprise fondée sur la peur, le mentir-vrai" (extrait du prière d'insérer).

Publicité

Vrai-mentir ? Faux-démentir ? Vrai-faux démentir ? Quels casuistes, ces soutiens de Fillon !

Renfort de poids ? Alain Delon

On ne sait si cette tribune et cette référence à Lichtenberg feront basculer les intentions de vote, mais elles se cristallisent et tant Marine Le Pen qu'Emmanuel Macron comptent de moins en moins de sympathisants indécis. Macron et elle restent en tête, suivis de fort peu par Mélenchon et Fillon. Compte tenu des marges d'erreurs, les instituts de sondage ne sont plus du tout sûrs d'annoncer un duo au soir du 23 mars. Plutôt un trio provisoire. Et dans ce cas, imaginez les comptes, recomptes et décomptes dans les bureaux de vote. Voire les horions et les gnons puis les contestations. Les résultats définitifs pourraient n'être connus que le mercredi 26, date butoir. Si aucun des trois (si ce n'est quatre) ayant franchi la ligne d'un museau ou d'un poitrail ne s'avoue battu, ce sera la nuit du mentir-vrai et vrai-mentir jusqu'à l'aube, et au-delà . Benoît Hamon a jeté pratiquement l'éponge : il invite l'électorat de gauche à voter en fonction de ses intérêts au regard des programmes et de la défense et illustration d'une Union européenne perfectible. C'est presque ménager le Macron et le Mélenchon. Alors que deux autres membres du gouvernement viennent de se prononcer pour Macron, Fillon reçoit l'éminent soutien d'Alain Delon, partisan initial d'Alain Juppé. Ex-copain de Jean-Marie Le Pen et de Nicolas Sarkozy, le Franco-Suisse Alain Delon (83 ans), s'est prononcé, pour Le Figaro, en son âme et conscience : il n'a que faire de la suppression de l'impôt sur la fortune promise en 2018 par François Fillon et l'augmentation de la TVA en France (elle est de 8% en Suisse, voire de 2,5% pour nombre de produits). Le voilà en bonne compagnie avec Joseph Macé-Scaron, et peut-être du bienheureux Bernhard Lichtenberg, martyr de la foi (mais la date indiquée par Macé-Scaron ne correspond pas). Repéré pour plagiats multiples dès 2011, José Macé-Scaron devra quand même veiller à ne pas copier-coller après avoir pompé Péguy, Poisson (Henri), et d'autres écrivains catholiques pour muscler les discours de Fillon caressant les ambitions de Sens commun... Mais ne le jugeons pas sur son parcours, et surtout ne nous prononçons par sur celui de François Fillon. Encore moins sur le Penelopegate : Mgr #Macé-Sacron l'a absout.