Macron a réussi ses sorties internationales. Il a re-présidentialisé la fonction et indique le cap du fonctionnement de l’exécutif. Au Président de la République de fixer la trajectoire stratégique des projets à long terme pour la France et au Premier Ministre, Edouard Philippe, de conduire l’attelage gouvernementale. Après la parenthèse internationale réussie, l’affaire Ferrand oblige Macron à revenir sur le territoire national. Lors de sa visite à Saint Nazaire il a réitéré son soutien au Ministre de l’aménagement du territoire et de la cohésion, à savoir #Richard Ferrand, membre fondateur du mouvement #En Marche, qui a rejoint très tôt #Emmanuel Macron.

Publicité
Publicité

Ferrand est mis en cause par la presse, et non par la justice, d’avoir foulé aux pieds la morale politique au moment où Macron exige que la vie politique soit empreinte de morale et de probité.

Dans les affaires concernant Ferrand et Marielle de Sarnez, la justice a démontré son incompétence dans la première car il n’y avait pas matière à poursuivre l’impétrant Ferrand. Ferrand n’a rien fait d’illégal quand il était responsable aux Mutuelles de Bretagne à Brest. C’est une affaire privée qui le concerne, mais voilà, nous sommes en politique et Macron s’est fait élire sur un principe intangible : probité, honnêteté et moralité en politique. Ferrand a aussi embauché de façon légale son fils en tant qu’assistant parlementaire. Rien d’anormal, car c’était des pratiques anciennes.

Publicité

Il y a brouillage dans cette affaire et le citoyen, qui souvent ne vote pas toujours avec sa tête, n’y comprend plus rien et place la morale au-dessus de la décision du juge qui reconnait que, dans le cas de l’affaire Ferrand, à la différence de l’affaire Fillon, il n’y a pas matière à poursuite. D'ailleurs Macron ne lâche pas Ferrand et établit un bras de fer avec la presse en montrant que ce n'est pas à la presse de décider si Ferrand doit rester au gouvernement. Macron assume le risque électoral de perdre des sièges. Macron fait un pari, même si l'opposition y voit un conflit d'intérêt quand on écoute Baroin ou Mélenchon. En termes stratégiques, Ferrand devrait démissionner au non de la morale politique.

Ferrand doit démissionner

Macron n’a que des mauvaises solutions face à lui : soit il demande à Ferrand de démissionner, or Ferrand est un membre éminent du gouvernement et du mouvement En marche, soit il reste au gouvernement et c’est toute la politique de moralisation de la vie politique qui est vidée de son sens avant d’avoir été appliquée.

Publicité

Ferrand doit partir pour laisser des marges de manœuvre à Macron en matière de gouvernance politique. Se pose une question fondamentale : l’excès de morale en politique contribue-t-il à rendre réellement transparente la vie politique ? Rien n’est moins sûr car la transparence n’est pas totale. En démissionnant et en le déclarant de façon claire auprès du Premier Ministre lors d’une grande conférence de presse sachant qu’il n’est pas coupable, Ferrand peut construire une stratégie nouvelle qui lui permet de partir par la grande porte et de revenir par celle-ci en gagnant l’élection législative dans le Finistère.

Retour de Ferrand comme Président du groupe LREM à l’Assemblée

Macron commet peut-être une erreur en soutenant coûte que coûte Ferrand. Si celui-ci part et qu’il est réélu dans le Finistère, il pourra revenir à l’Assemblée nationale comme Président de groupe La République en Marche (LREM), voire plus, Président de l’Assemblée nationale.

Voilà quelques conseils en termes de stratégie politique en direction de Macron et de Ferrand. Dans la vie comme dans toute activité sociale, il faut savoir perdre pour gagner à long terme. A l’Assemblée nationale, Ferrand pourra continuer la politique de Macron si d’aventure le Président a un groupe majoritaire. Il deviendrait ainsi Président de l’Assemblée nationale sur la législature, ce qui lui permettra de jouer un rôle très important et d’être dans la structure des institutions un des personnages les plus importants de l’Etat et de la République.

Monsieur Ferrand sacrifiez-vous à court-terme pour Macron et vous tirerez les bénéfices pérennes à long terme.