En France, on continue encore de se perdre en conjectures sur le succès politique d'Emmanuel Macron. En effet, il y a quatre ou cinq ans, les citoyens ne le connaissaient pas. Autant dire que quatre ou cinq ans en arrière, même les devins les plus aguerris n'auraient pas pronostiqué sur son élection à la présidence de la république ; et quand bien même ils l'auraient fait, ils n'auraient pas été pris au sérieux par la peuple, personne ne les aurait crus. Et pourtant, l'inconnu du microcosme politique français a réussi un pari fou : celui d'être élu à la tête de l’État, sans aucun soutien préalable d'un parti politique, en ne comptant que sur lui-même, sur ses atouts intellectuels, son immense pouvoir de séduction et son extraordinaire capacité de persuasion.

Publicité
Publicité

Tout a commencé par le mouvement qu'il a lancé sous l'appellation de : «#En Marche». Une désignation au carrefour de la littérature et de la philosophie.

Comprendre En Marche dans une approche littéraire

Au commencement était En Marche. Puis, En Marche devient La République En Marche (LREM). Et LREM envisage maintenant de devenir un Parti Politique. On le voit bien, depuis son avènement sur la scène politique française, En Marche est dans une dynamique permanente. Il n'y a pas d'arrêt pour le mouvement d'#Emmanuel Macron, il n'y a qu'avancement. Ce n'est donc pas un hasard si les adhérents du Mouvement ont reçu la qualification de « Marcheuses et Marcheurs ». En effet, ils marchent, et, apparemment, l'immobilisme ne fait pas partie de leur champ d'action. Partant delà, on peut affirmer que la République en Marche dévoile l'expression de son essence littéraire même : le verbe « marcher » n'est-il pas un verbe d'action ? Ne signifie-t-il pas le fait de se mettre en mouvement ? En tout cas, les citoyens commencent à le comprendre.

Publicité

C'est d'ailleurs la preuve que c'est sous ce prisme littéraire, que certains sont de plus en plus nombreux à appréhender le Mouvement fondé par Emmanuel Macron.

En effet, selon une rumeur provenant de la toile, Emmanuel Macron aurait été inspiré par cette citation de Saint Saint-Exupéry : « Voyez-vous dans la vie, il n’y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions les suivent. ». Voilà qui est dit. En clair, c'est un appel qui est lancé à tous les citoyens. A savoir que désormais, ce n'est pas dans une position statique que les problèmes de chômage de la France et de l'Europe seront résolus. Au contraire, c'est dans la posture debout, et dans l'action, que nous réussirons à sortir notre pays et l'Europe de leurs difficultés. Autrement dit, c'est chacune, chacun, qui doit mobiliser toute son énergie, pour sortir la France et l'Union Européenne de l'impasse. Ce message, les citoyens semblent l'avoir capté, au sens littéraire et littéral du terme.

Publicité

Cependant, la République En Marche, ce n'est pas seulement une affaire de littérature ; c'est aussi, et surtout, une affaire de philosophie.

Appréhender En Marche dans une perspective philosophique : le péripatétisme

Chacun sait que le Président Emmanuel Macron dispose de plusieurs cordes à son arc. Ainsi, il n'est pas que littéraire, il est aussi philosophe. Partant de là, on peut essayer de comprendre l'autre motivation d'ordre intellectuel qui l'a conduit à intituler son Mouvement de cette manière. Et, c'est dans le répertoire philosophique, plus précisément, dans la Grèce Antique, que l'on trouve le sens philosophique du Mouvement En Marche lancé par Emmanuel Macron, lequel l'a conduit à l’Élysée.

En effet, dans l'Antiquité Grecque, la discipline philosophique incarnée par Socrate a donné lieu à plusieurs écoles comme par exemples les Portiques (les philosophes qui se tenaient aux portes de la Cité pour enseigner). Les Platoniciens (les philosophes dont le maître est Platon), suivant le fondateur de l'Académie. Les Aristotéliciens, disciples d'#Aristote, le fondateur du Lycée. Plus précisément, dans le courant Aristotélicien, se trouve l'école péripatéticienne. Qu'est-ce qui singularise les péripatéticiens des autres écoles philosophiques ? Les philosophes de l'école péripatéticienne avaient la particularité d'enseigner en marchant. Le péripatétisme vient du grec «Peripatein » qui signifie «marche», «se promener». En clair, les «Péripatéticiens», ce sont les «Marcheurs». Par conséquent, à l'école péripatéticienne, on enseigne tout en marchant, on accomplit ses fonctions de philosophes tout en se promenant, à l'image des Africains en milieux ruraux qui enseignent leurs enfants en marchant sur les routes des champs sur la vertu des plantes, la valeur du travail et sur les codes de la vie en société. On peut le constater, le Mouvement En Marche compris au sens de la philosophie, plus précisément de la philosophie aristotélicienne impose des obligations lourdes, dont deux principales, à Emmanuel Macron et à La République En Marche. La première obligation qu'impose le péripatétisme aristotélicien à la LREM est le travail sans interruption. En effet, celui qui marche, il est dynamique, il n'est pas statique. La France attend donc que ce dynamisme visible dès les premières heures du Mouvement En Marche ne s’essouffle pas. La deuxième obligation qu'impose l'Aristotélisme à la LREM n’est pas la moindre. On se souvient tous qu'Aristote, c'est aussi le philosophe qui a défini la politique comme étant « l'art de gérer la cité ».

Par ailleurs, comme moyen de gestion idéale de la cité, Aristote préconise l'équité. Autant dire qu'au cours de ce mandat que les Français ont confié à Emmanuel Macron et à la LREM, une seule attente constitue leur préoccupation : c'est la recherche, la poursuite de la justice sociale. Autrement dit, la recherche de l'équité. Pour tous, et sans exception.