La création de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire) correspondait à une logique électorale. Rassembler les voix des droites conservatrices et libérales et celles du centre permettaient de bâtir une droite de gouvernement. Le Directeur de l’UMP à l’époque fut Edouard Philippe. A l’Assemblée Nationale, les députés LR sont passés d’une majorité de grande ampleur, de l’ordre de 300, à 100 aujourd’hui. Dans ce mouvement, plusieurs familles idéologiques ont cohabité par la force des choses car leurs visions étaient différentes sur l’identité, les valeurs, l’autorité et la notion de la construction européenne. L’UMP a connu des moments difficiles, surtout au cours de la période qualifiée de calamiteuse qui a vu l’opposition Copé-Fillon pour la direction du parti.

Publicité
Publicité

Ces oppositions ont poussé Sarkozy à créer un nouveau mouvement appelé #Les Républicains.

La création des LR par Sarkozy a accéléré les contradictions idéologiques au sein de l’ancienne UMP

La création de LR par Sarkozy montre l’existence de trois droites aux objectifs divergents.

Une droite d’extrémistes proches du Front National ou qui ne demandent qu’à établir des ponts avec le mouvement de Marine Le Pen. C’est une droite représentée par Wauquiez et Ciotti. Une deuxième droite plus libérale, européenne et sociale, celle de Juppé, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet. Une troisième droite plus populaire représentée par Xavier Bertrand ou Darmanin. Toutes ces droites se sont tolérées en cohabitant et en faisant semblant de vivre ensemble afin de sauver les apparences.

Publicité

La victoire de Macron et l’échec de Fillon pour la Présidentielle, la nomination d’Edouard Fillon comme premier Ministre accélèrent en amplifiant les lézardes du mur républicain.

Les constructifs LR précipitent la coupure idéologique au sein du mouvement

Depuis la victoire de Hollande en 2012, il n’y a eu aucun travail idéologique de fond au sein du mouvement LR. La variable économique a été privilégiée: comment réduire la dette, comment baisser la pression fiscale ou comment diminuer le nombre de fonctionnaires. En revanche, point de débat de société sur l’’immigration, les migrations, la culture. Concernant le terrorisme, la droite s’est contentée d’un discours en réponse aux décisions prises par le gouvernement Hollande dans ce domaine. Les trois droites au sein de LR n’ont plus rien à faire ensemble, il faut de la clarification idéologique qui doit conduire à une séparation physique par la création de deux entités différentes.

Aux constructifs LR de prendre leurs responsabilités et de construire un groupe dynamique qui doit conduire à un nouveau parti. Le peuvent-ils? En sont-ils capables? #Nicolas Sarkozy #Emmanuel Macron