Le parti du Président Macron vire en tête en occupant la première place. Ce résultat est contesté par certains en légitimité car la plupart des partis politiques estiment que la victoire du Parti du Président est peut-être légale mais illégitime à cause du nombre record d’abstention. La victoire de LREM a surpris la plupart des observateurs en raison de son ampleur. Il y a parfois une amplification de l’élection législative au profit du Président après l'élection présidentielle.

La victoire de Macron à l’élection présidentielle est une traduction naturelle de la victoire de son parti aux élections législatives.Une cohabitation se forme losque le parti du Président élu n'obtient pas de majorité a l'Assemblée, ainsi le Président donne la démission de son gouvernement et en forme un nouveau avec la majorité parlementaire.

Publicité
Publicité

Le taux d’abstention en 2017 est quasiment équivalent à celui des élections législatives (Sarkozy 2017 et Hollande 2012) qui ont entraîné la victoire de Sarkozy en 2007 et de Hollande en 2012 . Il y a une déconnexion entre l’élection présidentielle et les élections législatives pour les électeurs. Pour ceux-ci, l’élection présidentielle est préférable aux élections législatives et le taux d’abstention est expliqué en partie par la prise de conscience de l’électeur médian qui estime que sa participation à l’élection présidentielle est supérieure à son implication dans l’élection législative.

Les raisons du taux d’abstention élevé

On a invoqué plusieurs raisons, dont le beau temps, pour expliquer le taux d’abstention important au cours du premier tour. Cette raison climatique est peut-être importante, mais elle demeure insuffisante et non essentielle. On peut convoquer d’autres raisons plus pertinentes pour expliquer ce taux d’abstention élevé.

Publicité

La lassitude des électeurs qui, depuis 2016, ont été sollicités aux primaires de la droite, du PS et l’élection présidentielle. Pour certains électeurs, les élections trop rapprochées ont entraîné une certaine lassitude, amplifiée par les affaires politiques de Fillon et la non campagne qui en a résulté, car l’horizon politique de la présidentielle a été bouché par les affaires.

Les électeurs ne se sont pas rendus aux urnes dans la mesure où ils estiment que le Président Macron a gagné les élections. Leur présence n’était pas indispensable car les votants allaient lui donner une majorité. Pour certains électeurs, surtout ceux du LR et du PS, dont les candidats à la Présidentielle, Fillon et Hamon, l’élection législative n’était plus une nécessité. La réussite du Président Macron, légale et légitime dans les urnes, est contestée par certaines électeurs qui estiment que le Président a été mal élu.

Les conséquences d’un taux d’abstention élevé

La victoire du parti du Président est incontestable au premier tour. On assiste à un remplacement du paysage politique et non à un renouvellement. Le taux d’abstention a accentué la victoire de #La République en marche ! A Paris les résultats du deuxième tour à venir peuvent montrer un risque qu’un seul ou deux des derniers députés socialistes sur les 44 députés en lice restent au deuxième tour dans toute la France.

Publicité

Ce taux d’abstention montre qu’il n’y a pas de duel PS/LR, alors que c’était un fait acquis il y a quelques années. Dans le Nord et surtout dans la ville de Martine Aubry, Lille, le taux d’abstention a décimé la présence des députés socialistes après le premier tour. Dans la Somme, il y a plus aucun candidat socialiste au deuxième tour.

Partout en France, on assiste à un cimetière de députés PS qui n’ont pas réussi à se qualifier pour le deuxième tour, comme Cambadélis dans le 19ième arrondissement , Guigou en Seine Saint-Denis ou certains jeunes réformistes du PS comme Hammadi, Méadel, Mathias Fekl Ancien Ministre de l’intérieur.

Macron, dans son livre 'Révolution', a expliqué pourquoi il fallait changer le paysage politique français. Le taux d’abstention n’est qu’un prétexte utilisé par les partis traditionnels, LR, PS, FN, France Insoumise, Ecologistes, pour commenter leurs défaites. Les raisons de celles-ci ne sont pas dans le taux d’abstention, mais ailleurs. #Élections #Emmanuel Macron