La droite LR est la plus bête du monde. Elle est bête parce qu’elle fonctionne sur le modèle ancien. Je suis membre de LR et je sais de quoi je parle. Il ne s’agit pas de se flageller mais de remettre les choses à l’endroit. L’avènement de Macron oblige la droite à se remettre en cause sur ses fondations, son programme, sa stratégie et les hommes qui doivent la conduire. A droite, Sarkozy était l’idole. Après Chirac et Juppé qui ont créé l’UMP, Sarkozy est devenu l’idole de la droite française car il a tenu tête à Jacques Chirac, il a transgressé les codes établis en parlant de rupture à partir de 2005. Sarkozy a modifié la communication politique en mettant en scène sa personne et sa famille, tout en s’appuyant sur des spécialistes de l’histoire politique comme Patrick Buisson.

Publicité
Publicité

Il a réussi, après avoir été seulement Ministre en 1993 sous l’ère Balladur, à introduire un mode de gouvernance qui est celui du clivage. Devenu Président de la République en 2007, il a continué sur ce même registre en faisant émerger des visages de la diversité comme Rama Yade, Rachida Dati ou Fadela Amara.

Il a introduit l’idée de la discrimination positive pour montrer qu’il pouvait faire autre chose et prendre en compte la diversité française. Sarkozy était peut-être sincère, mais ses affidés, eux, ne le voyaient pas d’un bon œil car, pour eux, cette diversité était une nuisance à leur politique traditionnelle d’adoubement sur les Français issus de la diversité. L’avènement de Macron et l’Assemblée actuelle arc-en-ciel, modifient la compréhension de la société française.

Publicité

La rupture sarkozyste peut être qualifiée de « pragmatisme émotif ». Macron a remplacé ce pragmatisme et cette émotion par de la compétence par un mode spécifique de sélection des candidats pour la députation et on espère qu’il en sera ainsi pour les élections européennes et municipales. Les Français ont parfaitement compris la pratique du Président Macron.

Que veut la génération de la droite issue de l’élection municipale de 2014 ?

La nouvelle génération à droite souhaitait incarner la relève gouvernementale après la victoire de François Fillon. Patatras, cela n’a pas été le cas car Fillon a été battu. Il reste à la droite LR de définir sa ligne stratégique en tenant compte du nouveau paysage politique français. Il y a eu les primaires à droite qui ont laissé des traces. Le Maire et NKM ont été candidats à la Primaire, Baroin espérait Matignon. Le Maire est devenu Ministre de Macron, NKM a été battu à plate-couture aux élections législatives dans le 7ième arrondissement qui lui avait été octroyé par Fillon contre Dati, son ennemie traditionnelle.

Publicité

Sarkozy a été battu à la Primaire. Wauquiez, grâce à Ciotti et François Jacob, souhaite reprendre le parti pour le "droitiser" identitairement. Solère, député de Boulogne et grand organisateur des primaires, a été élu député et, avec certains députés du centre, ils ont décidé de créer un LR constructif à l’Assemblée nationale. Ciotti, qui critique le Président Macron de ne pas avoir fait son service militaire (que lui-même n’a pas fait), tape sur Solère en disant qu'il est un traître aux motifs qu’il est questeur à l’Assemblée nationale. On peut reconnaître à Monsieur Ciotti ses volte-face et ses intrigues au sein du mouvement LR, cherchant toujours à se placer dans le mouvement auprès du mieux disant. Le problème de Ciotti, est qu’il veut devenir Ministre et qu’il a du mal : il a eu chaud, il a failli perdre sa députation dans les Alpes Maritimes.

Quel avenir pour la jeune génération au sein de LR ?

J’appartiens à l’ancienne génération de LR, aucun avenir, mais je peux me vanter d’avoir quelque cervelle, des idées et une méthode pour débattre. La jeune génération est dans un cercueil fermé, elle est incapable d’avoir des arguments neufs et des idées qui la différencie de la génération à laquelle j’appartiens, celle des 50-60 ans. La fracture saute aux yeux : j’ai participé aux premiers ateliers des LR, j’ai eu envie de pleurer. Heureusement que LREM est là pour nous permettre d’avancer des idées. Les cadres républicains n’ont rien compris, rien vu. Ils ont houspillé Macron en disant du mal de lui, en le pilonnant et en pensant qu’il appartenait à la TV réalité. Macron a mis l’accent sur la compétence de ses membres, quelles que soient la couleur de leur peau et leur origine, ce qui n’a jamais été le cas à LR. Sarkozy a promu ce que l’on appelle la diversité, les Noirs et les Maghrébins, au nom de ce que j’ai appelé plus haut, le pragmatisme émotif. Il faut remercier le Président Macron qui a mis un coup de pied dans la fourmilière des dirigeants LR qui parlent de changement pour des raisons protocolaires, mais qui restent toujours séparationistes alors que le monde a changé. Il faut repenser la droite LR de façon radicale. #Les Républicains #Emmanuel Macron #En Marche