Publicité
Publicité

Personne ne vend chère la peau d'un migrant. Surtout, le migrant venu d'Afrique subsaharienne. En général, lorsqu'on veut parler des migrants, en premier, on opère des classifications. Et les critères de classification des migrants sont toujours subjectifs. Ainsi, les classifications viennent tantôt de ce que le pays des migrants est un pays en guerre ou alors un pays en paix. Tantôt, elles sont opérées du fait du critère économique, selon que le migrant vient d'un pays riche ou d'un pays pauvre. Enfin, on distingue le migrant subsaharien du migrant irakien, du migrant syrien, ...etc. Cerise sur le gâteau, #Les migrants subsahariens sont tous classés dans la catégorie des migrants économiques.

Publicité

Cela voudrait dire que les migrants subsahariens sont tous des paumés, des faméliques qui ne recherchent que de la nourriture, et puis c'est tout. Enfin, il arrive qu'on entende dire que les migrants sont des individus irresponsables et sans intelligence ; raison pour laquelle, ils prennent des risques en embarquant dans des bateaux de fortune.

Mais, ce qu'on oublie trop souvent, c'est que les migrants sont non seulement doués de rationalité, et pétris de talents hors normes, mais encore ils sont des héros.

Les migrants, des talentueux, riches d'une expertise exceptionnelle

Quelques-uns vont l'apprendre peut-être: n'a pas accès aux réseaux clandestins, qui veut. Cela demande des prouesses, voire même des dispositions morales et matérielles spéciales qui ne sont pas à la portée de tout le monde.

Publicité

Primo, le milieu des trafiquants est un milieu d'experts en trafics. Sans cette expertise en trafics, on ne peut pas interagir avec les trafiquants, ni même tirer profit de leurs privilèges. Le proverbe chinois le dit bien : «dans les eaux troubles, il ne nage que des requins ». Voilà qui démontre que les migrants ne sont pas les personnes sans intelligence qui exposent leurs vies à la mort sans réfléchir auparavant.

Segundo, #Les réseaux clandestins d'immigration ne bradent pas leurs services comme cela se fait au vide-grenier. Au contraire, dans ces milieux de trafics illicites, les services sont évalués très cher. De ce fait, pour accéder à ces milieux de trafiquants, il faut soi-même avoir un pedigree moral équivalent à celui de ces milieux clandestins, mais encore il faut avoir des poches pleines.

On comprend donc que quiconque ne soit pas migrant aujourd'hui, et que le statut de migrant soit un statut particulier, difficile à obtenir par certains. Somme toute, les classifications opérées entre migrants sont sans intérêt, de même que les critères qui définissent ces classifications.

Publicité

A voir de près, seuls deux critères valent pour la classification de tous les migrants ; et il n'y a que ceux-là qui soient véritablement des plus objectifs. Ces deux critères sont crédibles parce qu'explicatifs de la situation de tous les migrants sans exception, de manière neutre, et sans aucune discrimination. Ces deux critères, ce sont ceux de l'expertise et de la connaissance des milieux clandestins d'une part, et d'autre part, de l’opulence financière. Dit autrement, pour migrer clandestinement aujourd'hui, il faut non seulement être riche au départ pour pouvoir payer les gestionnaires des trafics, mais encore, il faut avoir une connaissance suffisante des réseaux clandestins. Ce qui n'est pas rien. En effet, on peut venir d'un pays ravagé par la guerre, d'un pays en paix, d'un pays riche ou d'un pauvre, ou tout ce que vous voulez, si vous n'avez pas une connaissance des réseaux clandestins, et si vous n'avez pas de moyens pour payer ces derniers, vous ne migrerez pas, vous demeurerez sur place, dans votre pays. On le sait bien, plusieurs rêvent de partir à l'aventure. Plusieurs rêvent de quitter leur pays. Mais, s'ils n'ont pas accès aux réseaux clandestins, et s'ils n'ont pas les moyens de rémunérer ces derniers, comment peuvent-ils réaliser leurs rêves ? Voilà qui indique clairement que les migrants sont avant tout des héros.

Les migrants, des héros nouveaux en ce millénaire

Qu'on le veuille ou non, au #21ème siècle, les migrants sont de nouveaux héros. Leur héroïsme est caractérisé par les actes qu'ils posent, lesquels ne sont pas sans rappeler l'héroïsme des explorateurs et autres conquistadors partis d'Europe pour conquérir le monde dans les temps anciens.

Bravant vagues et flots, affrontant des périls environnementaux, des menaces (piraterie maritime), les migrants montrent un courage exceptionnel qui les rend exceptionnels. A la postérité, ils lèguent en signe de témoignage, cette détermination face au danger, mais aussi cette intrépidité et ce silence devant tout ce qui peut apparaître comme humiliant et méprisant dans leur pays d'accueil. La précarité qu'ils connaissent à leur arrivée dans les pays qu'ils ont tant convoités, la suspicion de commettre des infractions majeures dont ils sont l'objet, le soupçon qui pèse sur eux, désignés comme de potentiels malfaiteurs, les barrières linguistiques qui les rendent incompréhensibles et les isolent…

La vie de migrant n'est pas une vie simple ni même une vie paisible. Et pourtant, ils ne manquent pas de courage pour supporter toutes ces épreuves. Cette résistance à toute épreuve, la maîtrise qu'ils ont des réseaux mafieux, l’opulence financière qui est la leur dans leur pays d'origine mais qu'ils abandonnent sans regrets pour une aventure sans issue, voilà qui fait des migrants au 21ème siècle, des personnes exceptionnelles.

Mais surtout, les migrants de ce troisième millénaire, ce sont avant tout des individus qui ont choisi de mourir debout plutôt que vivre assis, dans des pays où, les droits de l'homme sont inexistants, et où, les atteintes à la dignité humaine sont nombreuses. Pour cela aussi, les migrants de nos jours sont les nouveaux héros du millénaire.