Âgé de 29 ans et d'origine haïtienne, Fritz-Joli Joachin est un français reconverti à l'islam. Il a été arrêté le 1er janvier par les forces de l'ordre bulgares alors qu'il tentait de passer la frontière turque. Accompagné de son fils de 3 ans, Fritz-Joli Joachin avait l'intention de se rendre sur le territoire syrien. « Je suis innocent, je veux retourner en France » a-t-il déclaré aux autorités.

Mardi 27 janvier, la Bulgarie a décidé d'extrader le jeune homme vers la France. Fritz-Joli Joachin est arrivé sur le sol français ce jeudi 29 janvier. Il a été présenté devant le juge antiterroriste et placé en détention provisoire pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de #Terrorisme », à Paris.

L'individu a avoué être « un ami de longue date » de Chérif Kouachi, l'un des frères ayant commis l'attentat le 7 janvier contre Charlie Hebdo, à Paris. Pour autant, il assure qu'il ignorait tout des projets de Saïd et Cherif Kouachi et qu'il ne peut « être tenu responsable ». Ses relations avec plusieurs individus de la filière des Buttes Chaumont seront examinées de près par les services antiterroristes.

Selon une source proche de l'affaire, actuellement, rien ne peut prouver que Fritz-Joli Joachin était véritablement au courant de l'attaque perpétrée contre Charlie Hebdo. Les juges chargés du dossier s'intéresseront, tout de même, aux raisons qui l'ont poussé à quitter la France, une semaine avant l'attaque, et à vouloir rejoindre la Syrie avec son fils et Cheikhou Diakhabi, un ancien djihadiste français.

Ce dernier a été arrêté en Turquie le 2 janvier. Le lendemain de l'arrestation de Fritz-Joli Joachin en Bulgarie. Cheikhou Diakhabi ainsi que son épouse et leur enfant ont été renvoyés en France le 21 janvier. Mis en examen pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme », Cheikhou Diakhabi est, depuis, incarcéré. Connu des services antiterroristes, il avait déjà fait l'objet d'une condamnation en 2005 pour sa présence illégale en Irak.