Paris va vivre un événement "hors du temps" le 27 juin et le 5 juillet 2015. Pour cela il faudra longer les quais de la Seine en amont du port de Bercy. Vous verrez alors arriver sur le fleuve, tranquille, un train de bois d'une longueur de 72 mètres sur 4,50 mètres de large et de 40 à 60 cm d'épaisseur (200 stères de bûches). Ce train de bois sera conduit par deux hommes, les "flotteurs", revêtus d'une blouse bleue et d'une casquette. C'est un immense radeau constitué totalement de bûches de bois liées entre-elle par des branches souples (des rouettes).

Parti de Clamecy (Nièvre), le 6 juin, il aura navigué 21 jours, sur 267 kilomètres, passé 64 écluses, en faisant étape tous les soirs dans une localité longeant le canal du Nivernais, l'Yonne puis la Seine. Un très long périple pour rappeler que Paris est Paris grâce à ce bois qui, pendant trois siècles, entre 1547 et 1877, est venu ravitailler la ville et ses habitants et leur a permis de se chauffer et de cuire le pain.

Un peu d'histoire

Tout a commencé au milieu du XVIe siècle, alors que le bois était le seul combustible connu. Paris compte déjà 300 000 habitants et manque de bois. Celui des forêts aux alentours est déjà épuisé et il est interdit de toucher au bois du domaine royal réservé aux plaisirs de la chasse.

Le développement de la capitale est compromis. Il est alors difficile de se chauffer et, pire encore, de faire cuire le pain. Henri IV décide alors de faire venir le bois des forêts du Morvan. Il fallait trouver un système pour transporter ces masses de bois qui allaient arriver. Le flottage était le meilleur moyen. Les premières tentatives eurent lieu en 1547 et 1549 depuis Châtel-Censoir et Clamecy. Toute une organisation s'est mise en place autour de l'exploitation des forêts et l'acheminement de cette précieuse source d'énergie. L'épopée des flotteurs du bois a ainsi commencé !

• Pendant l'hiver, les bûcherons coupent les bois d'une vingtaine d'années d'âge ne dépassant pas les 45,72 cm de circonférence.

• Presque une année après la coupe, à la Toussaint, les propriétaires forestiers vendent ce bois aux marchands forains, les commerçants locaux. Chaque bois est martelé avec une marque spécifique à chaque propriétaire. Des milliers de bûches sont à frapper, à chaque extrémité en un temps record.

• Vers la mi-novembre, les bûches sont acheminées jusqu'aux ports de jetage comportant une retenue d'eau que les pluies alimentent. Une fois le bois jeté, l'étang est ouvert, provoquant un courant emportant les bûches. Le flottage dans le Morvan s'organise entre les deux rivières Cure et Yonne.

• Une foire au bois se tient à Château-Chinon, début novembre où se réunissent les marchands de bois et les vendeurs après examen des coupes.

Des hommes suivent les bûches avec des crocs, sorte de crochets emmanchés sur une longue perche qui permet de tirer ou pousser le bois. Le moindre petit ruisseau permet d'amener le bois sur l'un des vingt-deux ports de jetage situés sur l'Yonne.

• Jusqu'à 700 000 stères de bois sont alors successivement triées et triquées en fonction des marques. Un travail à l'époque réalisé par les femmes et les enfants. Le bois sèche de juillet à novembre en piles sur les bords de l'Yonne, en attendant le retour des hautes eaux. Puis l'empilage a lieu. Chaque pile est édifiée en fonction des différents propriétaires selon une technique réglementée. C'est l'époque du "grand flot".

• Les stères se transforment en 3 500 trains de bois de 200 stères chacun. La conduite nécessite deux pilotes : un flotteur et, généralement, un adolescent qui apprend le métier. La vie d'environ 500 familles de flotteurs de Clamecy et de sa région est liée à cette activité du bois.

Le premier train de bois est arrivé à Paris le 20 avril 1547 et le dernier en 1877 alors que le chauffage au charbon commençait à se développer.

Au programme

Cette reconstitution historique a été imaginée par l'association Flotescale, créée en 2011, en partenariat avec la ville de Clamecy, la Communauté de communes des Vaux d'Yonne, VNF et de nombreuses collectivités.

Le 6 juin 2015, départ du train de bois à Clamecy. Il sera le 7 juin à Crain, le 8 juin à Châtel-Censoir, le 9 juin à Mailly-la-Ville, le 10 juin à Vincelles, le 11 juin à Auxerre, le 12 juin à Gurgy, le 13 juin à Migennes, le 14 juin à Joigny, le 15 juin à Villeneuve-sur-Yonne, le 16 juin à Sens et le 27 juin à Paris jusqu'au port de Bercy.

À chaque étape du périple, des escales festives seront organisées (feux d'artifice, chants traditionnels, marchés du terroir et de l'artisanat, expositions autour du métier du bois, visites sur les pas des flotteurs, concerts, jeux pour les enfants…) jusqu'à Paris.

Le train de bois stationnera au port de Bercy. Où un espace de 1 500 m2 en bord de Seine, sera mis à disposition par Haropa Ports de Paris.

Le 28 juin, un grand défilé de 200 personnes costumées, en musique, passera sur la passerelle Simone de Beauvoir aux Chaix de Bercy en passant par le parc de Bercy qui permettra d'entrer dans la danse…

Le 5 juillet, clou du spectacle, le train de bois traversera Paris jusqu'au port de Boulogne-Legrand. Du jamais vu depuis 1877 ! #Paris culture