Quand il s’agit de l’art contemporain, le point de départ reste subjectif. Par contre, on est très attentifs à l’héritage classique qui établit une équivalence entre l’image, l’objet de la peinture ou de la sculpture et les nécessités de l’âme respectivement. Avec cette réflexion au sujet artistique, je viens de choisir quelques objets d’art à propos de l’#Exposition-vente sous titrée Sur une inspiration de Fauve Paris qui aura lieu ce Jeudi 20 octobre à la salle de la rue Saint-Sabin à 19h.       

Dans un premier temps, je choisis les Deux études de modes, 1962, de Nikos Engonopoulos (1907-1985)-Encres et aquarelle sur papier signé et daté en bas à droite, Collection privée, Athènes-Ici on observe le principe de plaisir à travers de la mode avec une ironie du sort. De l’autre côté, il reste vrai, pour les collectionneurs, que la vie psychique est dominée par ce principe de plaisir exploré même dans le Poire à poudre.

Poire à poudre comme création de lien, origine contre la mort

Il s’agit d’un réceptacle en burgau nacré de la famille des genus stombus, complété d’éléments décoratifs en plaque de nacre, certains gravés de motifs floraux. Ils sont posés en applique et fixés par un cloutage en laiton -Bouchon en jade céladon ceint de pierres rouges Inde, XIXe siècle, Collection privée, Portugal.

L’influence de l’identité psychique déchiffrée comme clé de choix    

Parmi les autres espèces de vente de Fauve Paris, je distingue le lot 80, de Robert Couturier (1905-2008), L'Artiste tenant sa sculpture, une Épreuve en bronze, le lot 76 de Jean Dubuffet (1901-1985), Parachiffre XXXIII de 1976, une technique mixte sur papier marouflé sur toile et le lot 6 Coffre Namban, en laque du Japon, du XVIIe siècle. Et en ce qui concerne l’ironie du sort, le lot 14 de Minton, Rare paire de bancs, dits « Blackamoor », 1870, ça vaut le jus puisque en faïence vernissée et émaillée on voit deux enfants qui se font face portant une peau de lion. Ils reposent sur un coussin turquoise et portent un coussin similaire formant assise.

En guise de conclusion, à travers la liaison qu’on établit entre l’#Art et la vie quotidienne, notre perception des valeurs esthétiques se modifie en démolissant le mur antérieur invisible qui nous sépare du corps des œuvres. Pourtant Fauve Paris constitue un rôle significatif d’autant plus qu’avec l’hommage à Alexander Iolas cette année, les exigences du public se multiplieront.      

 

Lieu d’événement :

FauveParis - salle d'exposition et de vente 49 rue Saint-Sabin 75011 Paris (mardi-samedi 13h-21h) #Grèce