Thierry Lepaon : grosse tête ou bien grosse bête?

Depuis quelques semaines, le Secrétaire Général de la CGT fait la "une" des journaux et du "Net" suite à son train de vie fastueux.

La CGT est une "Confédération" réunissant plusieurs Fédérations, dont la plus puissante est celle des travaux publics, avec plus de 80 000 adhérents actifs. C'est cette dernière qui a exigé le départ du Secrétaire Général, le jugeant incapable d'assumer ses fonctions. Elle souhaite le départ effectif de son Secrétaire Général avant le 13 janvier 2015. Si cela n'était pas le cas, la CCN (Parlement de la CGT) agirait de façon plus directe en exigeant le limogeage de Thierry Lepaon.

Ces informations viennent soutenir les informations étalées sur le site "Atlantico"

Aujourd'hui, il est reconnu que la deuxième Fédération, forte de plus de 70 000 adhérents payants cotisation, s'aligne sur sa consoeur, et réclame également la tête de Thierry Lepaon. Cette action est menée par la Fédération de la santé, désireuse de faire entendre sa voix.

Pourquoi en sommes-nous arrivés là? Apparemment, Thierry Lepaon a confondu la "Confédération" sise à Montreuil, dans la Région Parisienne, avec Versailles, dont il n'est pas le roi.

Un siège éjectable pour 10 membres du Bureau Confédéral, dont Thierry Lepaon!

Situation peu enviable certes, mais il ne fallait pas jouer dans la cour des grands avec des cartes truquées. Il appartiendra donc aux "pairs" du patron de la CGT de rendre leur verdict après avoir entendu les Fédérations de toute évidence avant le 12 janvier 2015; il sera procédé au limogeage officiel de Thierry Lepaon et de ceux qui encourent la même sanction.

Qu'est-il donc reproché au Secrétaire Général de la Confédération? Un dysfonctionnement !

Dysfonctionnement? Vous avez dit dysfonctionnement? Comme c'est étrange!

Il est de notoriété publique que Thierry Lepaon a reçu une somme rondelette en quittant la Normandie et en temps de crise, il n'est pas normal que certains se sucrent quand d'autres sucrent les fraises. A force de prendre les "camarades CGT" pour des pigeons, Lepaon s'est fait voler dans les plumes.

Il lui est également reproché de ne pas avoir été a la hauteur des espérances du Syndicat qui voit ses instances pâlir plus que de raison. Faire la roue, c'est bien mais ce n'est pas suffisant.

Et maintenant, que va-t-il se passer? Il y a un état de crise au sein des Fédérations, tout comme il en existe une à la tête de l'édifice qui en a connu d'autres et qui s'il vacille, ne tombera pas. Quand à Monsieur Thierry Lepaon, sera-t-il dans l'obligation de s'inscrire à Pôle-emploi? Ceci n'est pas bon pour la courbe du chômage français.