La reine Fabiola est décédée vendredi soir au sein du château de Stuyvenberg à Bruxelles où elle résidait. Les funérailles de la défunte reine devraient avoir lieu en fin de semaine dans la capitale belge. 

Ces funérailles d’État devraient être organisées par, Jan Jambon, ministre de l'Intérieur et membre de la N-VA, un parti antiroyaliste, ou en tout cas estimant que la monarchie fait partie du passé. Le président du parti, Bart De Wever, avait en effet écrit une lettre au Roi Philippe au mois de mai dernier. "La monarchie est une institution fondamentalement non démocratique", avait-il écrit dans cette lettre soulignant que le rôle du roi dans la formation d'un gouvernement pourrait sans problème être repris par la Chambre des représentants. Un parti qui souhaite donc diminuer les pouvoirs de la famille royale belge, sans pour autant affirmer clairement vouloir sa dissolution totale. Bref, si monarchie il doit y avoir, la N-VA souhaite voir une "monarchie moderne" à la tête du Royaume de #Belgique.

C'est donc un ministre venant d'un parti qui ne porte pas la famille royale dans son cœur qui a la lourde tâche d'organiser la dernière consécration de la reine Fabiola. Mais ne préjugeons pas Jan Jambon, déjà tellement contesté depuis son entrée en fonction pour ses présupposées relations avec l'extrême droite, notamment dues à une photo le montrant en présence de Jean-Marie Le Pen lors d'un débat organisé par le Vlaams-Nationale Debatclub, un cercle d'extrême droite. Mais aussi pour ces déclarations disant que les anciens collaborateurs de la seconde guerre mondiale "avaient leurs raisons de collaborer avec les nazis" en précisant par la suite que ces raisons n'étaient pas forcément bonnes.

Un ministre N-VA présente ses condoléances

Après tout, certains membres du parti nationaliste ont présenté leurs condoléances à la famille royale, au même titre que d'autres politiciens belges. Citons par exemple le ministre-président de la Région flamande Geert Bourgeois, même s'il s'exprime au nom de son gouvernement et non pas au nom de son parti. "C'est avec chagrin que j'ai pris connaissance du décès de Sa majesté la Reine Fabiola. Au nom du gouvernement flamand, je tiens à présenter mes condoléances. Mes pensées vont en premier lieu à sa famille et à ses proches."

Si le doute est légitime, rien ne dit que Jan Jambon négligera la tâche qui lui est confiée. D'autant plus qu'il n'est pas le seul aux commandes. A l'instar de la semaine de deuil national qui a suivi le décès de la reine Astrid en 1935, le Conseil des ministres, qui se réunit samedi après-midi, pourrait également prévoir quelques jours de deuil national en hommage de la reine Fabiola.