Pour ou contre la torture appliquée à l'homme qui se refuse de parler? Comment faire? Voilà la question, voilà le débat à l'échelle mondiale.

Nous avons assisté, pour certains, à un débat télévisé (sur BFM TV) où l'invitée n'était autre que Marine Le Pen. Une question concernant la torture appliquée sur l'humain l'a acculé à prendre position ouvertement en donnant un avis qui  a illico presto soulevé  des tollés sur "le Net".

Mise sur la sellette, la présidente du F.N. n'a eu plus qu'une alternative, celle de s'expliquer et de replacer dans le contexte exact sa réponse par rapport à la question posée.

Il était de bon aloi de penser qu'il y aurait traquenard suite à sa prestation, voilà qui est fait.

Publicité
Publicité



La question était franche, la réponse également. Cependant, le piège s'est refermé sur elle, à la grande satisfaction des anti-F.N.

En réalité, qu'est-donc la torture, et quel est son objectif?

De tous temps pratiquée, ce n'est pas pour autant qu'il nous faut nous en faire un moyen unique afin d'obtenir des renseignements de qualité dans le but avoué d'y mettre un terme ou d'éviter les dangers humanitaires de toutes sortes. N'oublions pas que nous sommes en train de vivre dans les temps présents et que nous ne possédons que bien peu d'alternatives pour sauver le plus grand nombre de vies humaines.

Les Forces Spéciales dont sont parés tous les gouvernements, soumises à des Chefs responsables, ou irresponsables, se doivent d'exécuter les ordres. Ils ont prêtés serment

La torture trouve son origine dans la nuit des temps, se perdant dans les méandres séculaires.

Publicité

Il n'est pas facile d'y faire abstraction, elle est encore pratique courante actuellement, malgré la ratification par 155 Etats signataires de la Convention des Nations Unies contre la torture en 1984.

Dans le processus de l'application de la torture, il est de notoriété que le but initial est l'obligation d'obtenir des aveux par tous les moyens, par tous les procédés, avouables ou pas, commençant par la déstabilisation de l'individu dans son mental, continuant  jusqu'à  le faire sombrer dans un renoncement total de sa personnalité, jusqu'à la dégradation la plus abjecte de l'homme dans sa condition humaine.

L'homme est un loup pour l'homme, et non pas un frère!

Arrive le  "hic" lorsque le danger se fait plus précis, tel le terrorisme absurde et aveugle qui se vit aujourd'hui. Si l'on peut "questionner" (c'était le terme employé à l'origine : soumettre un individu à la question afin d'obtenir des aveux de culpabilité afin d'entériner la sentence à venir) un présumé coupable afin de sauver une multitude, qu'est-il possible de mettre en oeuvre afin de pénétrer le complot ou toutes autres menaces? Peut-être le sérum de vérité?...

Publicité

Des attentats sanglants eurent lieux en France, à Paris, rue des Rosiers. Il y eut aussi celui de la rue Coppernic, ou celui du 11 Septembre 2001... Une question, une seule : si la vérité avait été pressentie, qu'aurait-il fallu faire, et comment agir avant que des vies sombrent à jamais et que coule le sang dans les rues des villes?

Marine le Pen,  marchant  en prudence, soulève un voile très dérangeant pour chacun d'entre nous. Un jeu de massacre aujourd'hui est en action, et rien n'arrêtera les auteurs haineux de ces meurtres en série. Que faut-il faire pour éviter cela?

Que ceux qui ont la réponse se lèvent mais qu'ils le fassent rapidement, parce qu'en face, ceux qui nous ont déclaré le Jihad, la "guerre sainte" demeureront dans leur "bon droit" au détriment de ta vie et de la mienne.

La question n'est pas de savoir si nous sommes pour ou contre la torture - une abjection en soi - mais de savoir que faire quand la haine viendra frapper à nos portes sans s'annoncer et que la mort d'innocents fera la "une" des journaux quand il y a présomption de culpabilité?

Que ferons les signataires de la Convention des Nations Unies?

Réfléchissez bien!

Cessons d'être "prudes" à l'extrême! La barbarie a de multiples visages, la torture est au panel de ceux-ci. Mais ce que vit le monde actuellement en connait un autre. Savons-nous ce qu'il faut faire?

Il est grand temps d'apporter une réponse efficace a ce grave dilemme!