L’union nationale est fissurée, diront certains. D’autres diront que l’exclusion du #Front National était nécessaire, vu la récupération politique scandaleuse orchestrée par #Marine Le Pen & cie. Les Frontistes ont donc défilé dans d’autres villes, sans trop protester sur cette exclusion. Et pour cause, le Front National n’adhère ni aux valeurs de la République, ni à celles de la liberté de la presse.

Les relations entre #Charlie Hebdo et le parti d’extrême-droite sont jalonnées par de nombreux procès intentés par le Front National. En cause, les nombreuses attaques au vitriol lancées par Charlie Hebdo contre le parti et ses sympathisants, présentés comme « des beaufs ». Dans ce contexte, on se doute que les membres de la rédaction de Charlie Hebdo n’auraient pas voulu défiler aux côtés de la famille Le Pen.

De plus, le Front National se positionne fréquemment contre la presse en général. L’insolent Petit Journal en fait souvent les frais. Mais les journalistes de Canal+ ne sont pas les seuls journalistes victimes de l’intolérance du FN. Médiapart et l’Express ont également été exclus de plusieurs meetings du Front National.

Inviter le Front National à une marche républicaine reviendrait donc à inviter les ennemis de la République et de ses valeurs.

Mais malheureusement, cette exclusion pourrait aussi se révéler contre-productive. Le FN, parti de haine, de racisme et d’exclusion aime à se présenter en victime face à un système qu’il juge verrouillé et non-démocratique. Marine Le Pen, en brillante tacticienne, a compris que l’exclusion de son parti lui était bénéfique. Ce qui pourquoi le Front National n’a pas fait le forcing pour défiler dans les rues de Paris.