Mercredi 7 janvier 2015 : 12 hommes sont froidement assassinés sur leur lieu de travail. Hautement symbolique, ces meurtres choquent la planète entière. Le lendemain matin, une policière est abattue. Le jour suivant, 4 otages sont tués. Directement, la question de la sécurité nationale est relancée. La députée Valérie Pécresse évoque un « Patriot Act à la française » et demande « une réponse ferme et globale ». Eric Ciotti, président de la commission d'enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes, demande à ce que le dispositif antiterroriste soit renforcé..

Publicité

Publicité

Mardi 13 janvier, face à l'Assemblée Nationale, le premier ministre français #Manuel Valls déclare que « la France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme et l'islamisme radical. » Et que « la meilleure des réponses au terrorisme qui veut précisément briser ce que nous sommes, c'est-à-dire une grande démocratie, c'est le droit, c'est la démocratie, c'est la liberté et c'est le peuple français. »

Pour éviter que de nouveaux actes terroristes se reproduisent, plusieurs mesures sont appliquées et ce discours, que beaucoup décrivent comme poignant et bouleversant, favorisent le renforcement de ces dites mesures.

10 000 militaires dans les rues françaises

Quelques heures après l'attentat, des milliers de militaires français étaient déployés sur l'ensemble du territoire.

Publicité

Le plan Vigipirate est passé au niveau Alerte Attentat en Ile de France et en Picardie. Depuis, des militaires et des forces de l'ordre sont placés devant des points stratégiques, susceptibles d'être la cible de nouvelles attaques : les médias, les grands magasins et centres commerciaux, les écoles, les bâtiments administratifs, les gares et les lieux de cultes.

Protection des écoles et lieux de culte juifs et musulmans

« En ce qui concerne les écoles et lieux de culte juifs, j'ai décidé d'une protection puissante et durable », a déclaré Bernard Cazeneuve. 4 700 policiers et gendarmes seront donc postés devant ces établissements. Le ministre de l'intérieur a ensuite ajouté que les autres lieux confessionnels seraient également mis sous protection. Depuis mardi, la France a comptabilisé plus de 50 actes antimusulmans : fusillade sur des mosquées, grenades à plâtres et début d'incendies..

Publicité

Plus d'écoutes et une attention accrue sur les réseaux sociaux

La DGSI, la Direction générale sur la sécurité intérieure, va redoubler de travail. Après avoir été pointés du doigt pour avoir failli dans la surveillance des terroristes potentiels, les services de sécurité doivent maintenant renforcer leurs écoutes et la collecte des données en ligne. Depuis quelques mois, il semble que la DGSI recevait quotidiennement de nombreux appels signalant des candidats pour le djihad aux côtés de l'Etat islamique. Ils doivent maintenant recueillir les dénonciations pour « apologie du terrorisme ». Depuis le début des évènements, plus de 70 procédures en justice auraient été ouvertes pour des menaces d'actions terroristes ou l'apologie de ces dernières. Parmi les suspects, 6 sont condamnés à de la prison ferme.

Augmentation des contrôles aux aéroports (PNR)

Manuel Valls souhaite adopter le PNR pour mieux contrôler les passagers dans les aéroports. Le PNR, de l'anglais Passenger Name Record, est un système européen qui devrait collecter les données fournies par les voyageurs aux compagnies aériennes. Actuellement, seuls les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l'Australie ont adopté ce système qui permettrait d'établir une base de données sur les passagers à destination des pays en conflit direct avec l'Etat islamique, Al Qaeda, l'Aqmi ou Boko Haram.

LPM et LOPPSI

La Loi de Programmation Militaire (LPM) adopté le 1er janvier 2015 autorise les autorités à enregistrer toutes les télécommunications, qu'elles se fassent via le web, les SMS ou les appels téléphoniques. Avec la LOPPSI, la Loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure, l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) pourra bloquer tout site qu'elle juge dangereux pour appel à la violence, diffusion de contenus pédopornographiques ou incitation au terrorisme.

Face à ces mesures, de nombreux journaux ont estimé que la France n'était pas si loin du Patriot Act, ce paquet de loi instauré aux Etats-Unis après le 11 septembre qui limitent fortement les libertés individuelles au nom de la sécurité nationale.

Comme le rappelle la Quadrature du net : « depuis 1986, chaque acte terroriste a été suivi d'une loi antiterroriste, lesquelles entraînent systématiquement un recul des libertés fondamentales au prétexte de la sécurité ».

#Charlie Hebdo