L'information a été révélée par le Canard Enchaîné le 11 février, Stéphane Tiki, président des jeunes #UMP, ne possède pas de titre séjour en règle. Après s'être entretenu avec le président du parti, il a annoncé mardi soir sur Facebook sa « mise en congé de la direction ». Fidèle sarkozyste, Stéphane Tiki avait justement été adoubé par #Nicolas Sarkozy au poste de président des Jeunes pop' le 17 décembre dernier.

Ressortissant camerounais de 27 ans, il arrive en France en juillet 2005 grâce à l'obtention d'un visa étudiant. Il fait une demande de naturalisation en février 2009, refusée un mois plus tard, selon les informations d'itéé, au motif qu'il ne dispose pas de ressources financières propres. Depuis l'expiration de sa carte de séjour en avril 2011, l'ex-président des jeunes de l'UMP s'est donc trouvé en situation irrégulière. C'est pourtant dans cette période qu'il va monter en puissance au sein du parti et en devenir une figure importante.

Adhérant à la droite forte, l'un des courants les plus durs de l'UMP porté par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, il en devient l'un des porte-paroles. L'ironie du sort fait d'ailleurs qu'il écrira en 2012 des communiqués de presse critiquant la politique d'immigration trop laxiste de François Hollande. Visiteur régulier de Nicolas Sarkozy à ses bureaux rue de Mirosmenil en 2013, Stéphane Tiki sera l'un des instigateurs et chefs de file du mouvement « Génération Sarkozy ». Un collectif de jeunes UMP officialisé en août 2014 au Touquet, et dont l'objectif principal était de soutenir le retour de l'ancien président à la tête du parti.

La situation est particulièrement embarrassante pour l'UMP, et si ses camarades des jeunes pop' restent unis pour lui apporter leur soutien, ce n'est pas le cas de certains ténors du parti. Le député Thierry Mariani a dénoncé « un manque d'honnêteté » de l'intéressé, s'indignant sur iTÉLÉ : « Je n'envisage que l'on puisse choisir quelqu'un qui n'est pas français pour diriger les jeunes d'un parti politique en France ».

Difficile en tout cas de ne pas voir dans les informations anonymes confiées au Canard Enchainé, un énième épisode des règlements de comptes politiques qui font rage à l'UMP depuis deux ans. Cette « attaque indécente » comme elle est qualifiée chez les jeunes UMP arrive quelques jours après les fuites de l'agenda de Nicolas Sarkozy sur sa conférence aux Émirats Arabes Unis dans l'entre-deux tours de la législative du Doubs. Rebelote mercredi 11 février : Le Monde révèle les détails de l'enquête judiciaire concernant le règlement de la pénalité de Nicolas Sarkozy par l'UMP. « Qui est la taupe ? » s'énerve le président de l'UMP en privé, « ça vient de chez nous j'en suis sûr ».

On se souviendra alors que François Fillon, une fois arrivé aux commandes du parti avec le triumvirat, était celui qui avait alerté la justice sur ses doutes quant à la validité juridique de l'opération. En novembre dernier lors l'affaire Jouyet-Fillon, l'ancien premier ministre avait aussi était accusé de demander au secrétaire général de l'Elysée l'accélération des procédures judiciaires contre Sarkozy. Le retour de Nicolas Sarkozy à la tête de l'UMP ne semble donc pas avoir apaisé les tensions internes du parti, bien au contraire, et Stéphane Tiki a peut être payé son allégeance à l'ancien président.