Blasting News. Quel regard portez-vous sur l'annonce de l'UDMF ?

Jean-Frédéric Poisson. Cette annonce surgit dans un contexte de rallumage des tensions entre les religions. Je suis donc un peu inquiet de cette situation. Dans la période troublée que nous traversons, l'émergence sur la scène politique d'un parti qui veut remettre en question la laïcité telle que nous la vivons en France et porte des revendications communautaristes, comme le port du voile à l'école ou la nourriture hallal dans les cantines. ne me semble pas être la bienvenue ! Nous devons absolument éviter d'entrer dans une ère de conflit ouvert entre la République et le fait religieux : or, ce type d'initiative peut faire naître de graves tensions..

Publicité

Publicité

L'UDMF, pour expliquer sa dimension religieuse dans un pays laïc, compare son parti au vôtre. que vous inspire cette déclaration ?

L'UDMF et le PCD sont incomparables. L'inspiration de l'UDMF semble tout droit issue d'une application stricte d'un certain nombre de principes du Coran dans l'espace public. Le Parti Chrétien Démocrate, quant à lui, ne cherche pas à imposer un quelconque principe religieux et ne repose pas sur la défense de particularismes. Comme l'a rappelé la Présidente d'honneur Christine Boutin, le PCD est un parti laïc issu de la démocratie chrétienne. Le Parti Chrétien Démocrate n'a jamais demandé le rétablissement de crucifix à l'école, par exemple. Il porte au contraire des valeurs universelles, comme la dignité de toute personne humaine, un juste partage des richesses, un modèle de développement où l'Homme n'est pas secondaire face aux impératifs économiques.

Pensez-vous qu'un tel parti puisse, ou doive exister en France et pourquoi ?

Pour la paix et la cohésion sociale dans notre pays, et pour le respect des valeurs de notre République, je considère qu'il faut distinguer clairement le temporel et le spirituel, sans nier pour autant la dimension spirituelle de l'Homme qui doit pouvoir s'exprimer pacifiquement.

Publicité

Au contraire, l'Islam est en lui-même un système politico-religieux. Je ne pense pas qu'un parti porteur de revendications communautaristes et désireux de remettre en question la laïcité telle que nous la vivons en France ait réellement sa place dans notre pays. Sur l'échiquier politique, les musulmans peuvent choisir leur sensibilité dans l'un des partis existants de la gauche à la droite comme le font les chrétiens qui ne sont pas tous au PCD ! #Élections