Le 22 mars prochain aura lieu partout en France, le premier tour des élections départementales. Face à une majorité disloquée qui s'est donnée à voir lors du vote à l'Assemblée de la loi Macron et une opposition qui manque d'unité autour d'un programme encore inconnu, le #Front National ose espérer être "la surprise" du scrutin selon les confidences de sa présidente.

"Toutes les élections sont importantes"

Marine Le Pen martèle que la prochaine échéance électorale en mars, avant les régionales, sera fondamentale pour le parti qui cherche à confirmer ses 25% des européennes en mai dernier. Mais c'est bien plus loin que se projette le parti, en rêvant déjà d'une place à l'Élysée, comme ne s'en est pas cachée la présidente jeudi 19 février lors d'un meeting dans l'Essonne : "Il est temps que les choses changent et que nous arrivions au pouvoir. Et c'est ce que nous comptons faire". La présidente s'appuie sur les bilans de ses municipalités, un an après leur conquête par le parti. Les conclusions semblent séduisantes à l'écoute de ses propos : sécurité, baisse de fiscalité, lutte contre le gaspillage. Mais en pratique on retient surtout les mesures, qui font couler beaucoup d'encre, du nouveau maire de Béziers, par exemple.

La réalité du FN aux départementales

A ce jour, le FN ne détient que deux conseillers généraux dans le Var et le Vaucluse. Et même si le parti risque d'être présent dans nombre de circonscriptions au second tour, car il sera plus représenté quantitativement que le PS et l'UMP avec une représentation dans 93,1% des circonscriptions électorales. Une victoire du parti d'extrême droite restera "une heureuse surprise" pour sa présidente. Il s'agit pour le parti avec cette présentation massive de "montrer notre attachement à cette structure de proximité".

Notons que le parti extrémiste, qui veut être la voix alternative à "l'UMPS" cher à sa présidente, présente aux élections départementales la majeure parti de ces élus municipaux. Alors voix alternative ou simple démonstration d'un parti qui se professionnalise et devient finalement comme les autres ?

Alors que Marine Le Pen s'auto-proclame encore et toujours le premier parti de France depuis les élections européennes, un regard plus avéré montre que se sont les abstentionnistes qui se font le plus entendre par leur silence... #Élections