Euthanasie - Fin de vie : le débat commence

Mardi 10 mars, la proposition de #Loi sur l'aide à la fin de vie démarre son destin parlementaire à l'Assemblée nationale. Jusqu'à mercredi, les députés discuteront d'une question qui divise la population depuis de nombreuses années.

Différentes associations sont déjà rassemblées près du palais Bourbon pour manifester leur mécontentement. Du côté des pro-euthanasie, on réclame une « loi d'ultime liberté ». L'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD) prône ainsi l'euthanasie active. A l'inverse, les anti-euthanasie (Alliance Vita en tête), demandent des modifications sur le texte « pour sécuriser patients et médecins contre les dérives inéluctables ».

Euthanasie - Fin de vie : le droit à la sédation

Conçu dans un esprit non-partisan, le texte de Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) propose un « droit à la sédation profonde et continue ». Interrogé sur France 2, M. Leonetti - auteur de la législation actuelle datant de 2005 - a expliqué que les patients pourront « réclamer de dormir avant de mourir pour ne pas souffrir ». Cette aide à la mort sera disponible pour les malades incurables dont le pronostic vital est engagé à court terme. En revanche, les directives anticipées sur l'acharnement thérapeutique, qui permettent à un patient de refuser la réanimation, seront plus contraignantes.

Au gouvernement, on se félicite du texte "qui représente une réelle avancée et qui se place du côté du malade", selon la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Euthanasie : la question qui divise

Engagement de campagne pour François Hollande, l'aide à la fin de vie est une vraie question de société qui fait polémique à droite comme à gauche. Si l'idée rassemble du côté du PS, certains demandent plus et insistent sur la nécessité de mettre en place une véritable euthanasie active. A droite les divisions sont encore plus profondes et beaucoup veulent en rester à la loi de 2005. C'est dans cet optique que des centaines d'amendements ont déjà été déposés et devrait alimenter un débat houleux. #Médecine