Canal + ou comment récupérer les bobos parisiens

Après avoir fait la Une du nouveau magazine Society en mars dernier, le président de la République continue de bousculer les codes. Le but ? Reconquérir un électorat plutôt aisé, jeune et branché. En accordant cette exclusivité à Canal +, #François Hollande espérait en effet récupérer une partie de ses électeurs de gauche déçus notamment par deux années de hausse d'impôt ou encore par la montée du Front national. C'est aussi une grande première pour la chaîne, devenue, notamment avec le Grand journal, une référence française en matière d'infotainment, ce mélange subtil d'information et de divertissement qui cartonne outre-Atlantique.

Les américains, rois de l'infotainment

Mais n'est pas Bill Clinton qui veut ! C'est en effet l'homme politique américain qui avait inauguré l'ère de l'infotainment lorsqu'en 1992, il avait joué du saxophone à l'émission de variété Arsenio Hall Show en pleine campagne présidentielle. Un numéro qui ne l'avait pas empêché de remporter la victoire et d'accéder à la Maison Blanche.

Depuis, les politiques américains nous ont habitué à « faire le show » et à utiliser la #Télévision comme un moyen inégalable de récupérer des voix. Ces dernières années, le couple Obama s'en donne à cœur joie et ne boude pas son plaisir quand il s'agit de sortir des cadres établis. On se souvient de la prestation de l'actuel Président américain, invité de l'émission parodique The Colbert Report en décembre 2014. Se glissant dans la peau d'un célèbre animateur télé, il avait parfaitement joué le jeu et répondu aux questions décalées avec beaucoup d'humour. Un exercice parfaitement maitrisé donc et qui plait beaucoup à ses compatriotes. Quant à Michelle Obama, elle n'est pas en reste. En avril dernier, invitée à l'émission The Tonight Show Jimmy Fallon, elle n'a pas hésité à danser de façon décomplexée dans le cadre de sa campagne contre l'obésité.

Une prestation "à la française"

Sur le plateau de Canal +, François Hollande ne s'est ni déhanché ni amusé à parodier tel ou tel animateur. Car l'infotainment à la Française est encore bien loin des grands shows à l'américaine. Seul face à l'animatrice Maïtena Biraben, le président de la République est resté sobre et engoncé dans sa fonction. Autour d'eux, un public discret et silencieux pour une émission qui ne se voulait pas du tout interactive. Très cadrée, elle ne dénotait finalement pas de ces grandes interviews officielles dont se targue régulièrement le Service public. Si les bobos parisiens ont regardé l'émission en brunchant à domicile, il est trop tôt pour savoir s'ils ont été convaincus et si un sketch de François Hollande aurait influencé leurs votes futurs.