Au nom du principe de précaution ainsi que de la réévaluation de la menace terroriste, #François Hollande vient de décider une revalorisation des crédits en faveur de l'Armée. Celle-ci s'élève à 3,8 milliards supplémentaires d'ici à 2019. Ensuite, l'opération Sentinelle du plan Vigipirate verra 7.000 personnes affectées au plan intérieur de façon durable. Pour les opérations extérieures, 9.000 militaires sont actuellement déployés au Sahel, en Centrafrique, et dans le Golfe.

Hollande, en stratège et en commandant en chef de l'armée, réussit à faire taire les oppositions éventuelles à Droite. car opposition et majorité sont toutes les deux convaincues qu'il faut préserver la défense de la France. Les postes et les effectifs, qui auraient pu être supprimés, sont maintenus, ce qui ravit les communes de Droite comme de Gauche menacées par la disparition de casernes. Où trouver l'argent ? A travers une réorganisation des budgets au sein des différents Ministères qui devront œuvrer pour le Ministère de la défense.

L'opposition française, surtout UMP, malgré ses remarques, est perdue et avance des arguments qui ne tiennent pas la route. Il faudra moderniser les équipements militaires (hélicoptères, véhicules et autres moyens de transport terrestre). Il s'agit de revaloriser les moyens d'intervention conventionnelle, aussi bien en France que sur les théâtres étrangers. François Hollande a réussi à obtenir un consensus national sur cette question de défense qui reste primordiale pour les Français qui en prennent un peu plus la mesure depuis les évènements liés à l'attaque de Charlie Hebdo et les différents attentats qui ont été déjoués en France. Cette opération de revalorisation des crédits montre que la France contribue à donner les budgets nécessaires à la sanctuarisation du territoire national.

Sur le plan extérieur, la France, surtout en Afrique, reste seule en matière de défense des pays amis comme le Mali, le Niger et la zone Sahélo-saharienne que d'autres pays européens reconnaissent comme amis, mais dont ils s'abstiennent de financer la sécurité extérieure face à la menace djihadiste et terroriste. La revalorisation des crédits pour la défense française montre aussi que la vaine polémique contre les déficits budgétaires n'est pas à l'ordre du jour et que la défense nationale et la sécurité constituent les premiers éléments de protection des Français contre une menace extérieure. Hollande, en animal politique, réussit encore une fois à obtenir le consensus de tous, majorité et opposition. Saura-t-il transformer ce consensus en sa faveur pour 2017 si d'aventure il souhaite se représenter pour l'élection présidentielle ? #Terrorisme