Les politiciens de l'Assemblée nationale ont décidé de protéger leurs jeunes concitoyennes contre les incitations à la minceur excessive et éviter les problèmes de santé liés à l'anorexie. Les personnes qui vont inciter les jeunes filles à rester maigres pourront être passibles d'un an d'emprisonnement et de 10.000 euros d'amende. C'est un premier pas pour contrer ce problème et changer l'image des femmes qui ne représentent pas la réalité.

La fin de la promotion de la maigreur

Les propriétaires de site Internet pro-anorexie pourraient désormais se retrouver derrière les barreaux. Une mesure qui a été créée dans la nuit de mercredi à jeudi. Vers une heure du matin, les députés ont voté pour l'amendement à la loi qui indique que « provoquer la recherche de la minceur et l'encourager par un régime alimentaire déséquilibré qui pourrait mettre en danger la santé d'une personne est punissable. »

Les problèmes liés à l'anorexie touchent de 30.000 à 40.000 individus dont 90 % de femmes en France. Pour les politiciens, il était essentiel de changer le Code pénal français afin de pouvoir contrer les sites qui font la promotion de la maigreur. L'anorexie est l'une des pathologies psychiatriques qui a le plus haut taux de mortalité. L'encourager est donc un acte dangereux pour le bien-être des personnes à risque. C'est l'argument avancé par les députés Maud Olivier et Catherine Coutelle.

La ministre de la Santé en faveur de la loi

Olivier Veran, le rapporteur du projet de loi, s'est dit favorable à ces mesures ainsi que la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Ainsi, les députés se défendent de limiter la liberté d'expression des jeunes filles. « Il faut faire la différence entre les sites Internet où les filles laissent sortir leurs frustrations et leurs sentiments et ceux qui font la promotion de la minceur excessive, » a expliqué Olivier Veran.

Les Français qui veulent promouvoir la minceur devront être aux aguets. Les jeunes filles qui sont très sensibles aux sujets liés à l'apparence physique ont maintenant une protection de plus. Leurs tablettes, Iphones ou autres objets technologiques ne pourront plus héberger de sites pro-anorexie.