Mais quelle est donc la recette de #Manuel Valls pour continuer à être si populaire en France ? Une certitude, il n'a certainement pas la même que son…chef, François Hollande. Dans le dernier sondage Ifop, alors que le Président a perdu deux points, Valls en a gagné deux. Mais cette popularité, la doit-il vraiment à son action et son profil ou alors, bénéficie-t-il de l'impopularité du Président de la République ? Tentative de réponse avec Claude Posternak, directeur de l'influent site d'informations relayées par les réseaux sociaux, limportant.fr. Qui, vous le remarquerez, commence son explication par l'impopularité de #François Hollande. « Le Président a été fragilisé avec la parole publique. Quand vous dites que vous allez ramener le déficit à 3% et que ce n'est pas le cas, vous fragilisez la parole publique ; quand vous dites que vous allez inverser la courbe du chômage et que ce n'est pas le cas, vous fragilisez la parole publique ; quand vous dites que vous allez diminuer les impôts et que vous les augmentez, vous fragilisez la parole publique. De même avec la reprise… », explique Claude Posternak. « Il y a également un vieil élément qui l'a fragilisé, c'est le fameux tweet de Valérie Trierweiler. C'est peut-être ancien mais ça l'a fragilisé. C'est une empreinte sur le principe d'autorité. En période de crise, les Français ont besoin de quelqu'un de ferme ».

Valls franchit la ligne de paradoxe

Pas un mot sur Emmanuel Valls dans cette première partie d'explications ! C'est pour la suite… « Face à lui, il y a Emmanuel Valls qui a franchi la ligne de paradoxe. Je suis de gauche et j'ai un discours de droite. Manuel Valls est là-dedans et les Français aiment bien ça. Les gens qui franchissent cette ligne ont un bonus. C'est la transgression. Maintenant, + 2 ou - 2, ça ne veut pas dire grand-chose. Ce qui est important, ce sont les points et il y en a vingt entre Hollande et Valls ». De nouveau, une preuve que l'un plaît beaucoup plus que l'autre aux Français. Vous savez lequel…