En 2015, et depuis l'élection en février dernier de Kolinda Grabar-Kitarović à la présidence croate, dix-huit #Femmes gouvernent dans le monde, en tant que présidente ou Premier ministre. Hillary Clinton, candidate malheureuse aux primaires démocrates en 2008 face à Barack Obama, pourrait devenir l'an prochain la première femme présidente aux États-Unis. Une révolution à la tête de l'une des plus grandes puissances de la planète. Un pas en avant vers la modernité, aussi, que certains pays ont donc déjà franchi par le passé. Tour d'horizon de ces pionnières qui ont occupé les plus hautes fonctions étatiques sur tous les continents, exception faite de l'Océanie.


Vigdis Finnbogadottir


Elle est la première femme dans le monde à avoir gravi tous les échelons politiques jusqu'à être élue au suffrage universel à la tête d'un État. L'Islandaise est élue présidente en 1980, puis conserve le pouvoir jusqu'en 1996, enchaînant quatre mandats consécutifs. Bien qu'en Islande, le poste de président soit surtout symbolique, Vigdis Finnbogadottir a largement oeuvré pour l'environnement et a également milité pour la langue et la culture islandaises. Consciente de son rôle de modèle pour les jeunes femmes, elle a beaucoup travaillé pour leur éducation, faisant de sa devise "Ne jamais laisser les femmes vers le bas" un principe de gouvernance. À son actif, l'organisation d'un sommet crucial, en 1986, entre le Président américain Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhail Gorbatchev.


Ellen Johnson-Sirleaf


En 2005, la Libérienne devient la première femme élue au suffrage universel à la tête d'un État africain, avant de rempiler pour un deuxième mandat six ans plus tard. Sur le continent, elle est un véritable symbole, imitée en 2009 par Joyce Banda au Malawi. Ministre des Finances entre 1979 et 1980, elle survit à un coup d'État qui voit une grande partie du gouvernement être exécutée, avant de s'exiler, d'entrer dans l'opposition et de glaner le surnom de "Dame de Fer". Condamnée à dix ans de prison, elle est autorisée à quitter le pays et poursuit une carrière d'économiste aux États-Unis avant de remporter la présidentielle au Libéria face à l'ancien footballeur George Weah. Elle a également été récompensée en 2011 du prix Nobel de la Paix pour sa lutte non-violente pour la sécurité des femmes et leurs droits à une participation entière dans la construction de la paix.


Corazon Aquino


Les destin de la première présidente des Philippines est sans pareil. Son mari, Benigno Aquino, est condamné à mort en 1977 après la mise en place de la loi martiale par le président Ferdinand Marcos. Finalement exilé aux États-Unis, il revient au pays en 1983 mais est assassiné à la descente de l'avion. L'opposition politique, ainsi qu'un puissant mouvement populaire, pousse la veuve à prendre les rênes du mouvement anti Marcos. Elle se présente à la tête du pays en 1986 mais l'élection est tendue et les deux camps revendiquent la victoire. Manifestations et manoeuvres politiques internationales finissent par contraindre le Président sortant à quitter le territoire et Corazon Aquino gouverne le pays jusqu'en 1992, date à laquelle elle ne se représente pas. Elle organise néanmoins une alternance pacifique rare dans un État jusqu'ici marqué par les violences post-électorales, et sera récompensée du prix Ramon Magsaysay en 1998 pour son action non-violente en faveur de la démocratie. #Etats-Unis


Michelle Bachelet


Avant le Brésil, et sa présidente Dilma Roussef, c'est au Chili qu'une femme a pour la première fois été élue au suffrage universel direct aux plus hautes fonctions d'État en Amérique latine. Michelle Bachelet, engagée dans les années 1970 pour le rétablissement de la démocratie sous la dictature du Général Pinochet et Ministre de la Santé puis de la Défense sous le gouvernement d'Alberto Lagos au début des années 2000 après une longue carrière dans la politique, remporte l'élection présidentielle en janvier 2006. Elle est réélue en décembre 2013. Entre 2010 et 2013, elle est également directrice exécutive de l'ONU Femmes, organisme qui défend les droits des femmes dans le monde.