« Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit mais on le fait. Les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier une évidence.» La phrase lâchée à la fin de l'émission « Mots croisés » sur France 2, lundi soir, n'a laissé personne insensible. Les réactions n'ont pas tardé. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a posté sur son compte Twitter : « L'esprit de 1939 est de retour, les mêmes vieux démons et ces balafres faites à la République. La même lâcheté sur des enfants. » De même, les adversaires politiques de Robert Ménard à Béziers n'en croyaient pas leurs oreilles. «C'est complètement absurde, estime le divers gauche Jean-Michel Du Plaa. On est dans une société où vous pouvez très bien vous appeler Abib et ne pas être musulman ou vous appeler Abraham et ne pas être juif.» « Des fichiers sur des écoliers : Monsieur le Maire, vous devriez avoir honte !, lâche l'UMP Elie Aboud sur Twitter. On ne catalogue pas des enfants ! Vous feriez mieux de ficher les entreprises et les créateurs d'emplois. Arrêtez de livrer une vision toujours négative de Béziers! » Sur Facebook, la mairie rétropédale à toute vitesse : « la mairie ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichiers des enfants scolarisés dans les écoles publiques de la ville. Le seul fichier existant à notre connaissance recensant les élèves des écoles publiques de la ville est celui de l'Éducation nationale. »

«Quand dans des écoles, vous avez plus de 80% d'enfants qui sont d'origine musulmane, maghrébine, vous n'intégrez plus personne, estime le maire sur RMC mardi. Qui en paie le prix? Les enfants en question. Et comme je suis soucieux des enfants de mes écoles, je veux savoir ce qu'il en est pour les aider. »

Comme il l'a évoqué, Robert Ménard n'a légalement pas le droit de ficher des élèves via des statistiques. Le procureur de la République s'est donc permis d'ouvrir une enquête préliminaire pour « fichage illégal. » 

Le maire de Béziers est un adepte des actions à la fois originales et polémiques. De l'interdiction d'étendre du linge aux fenêtres à la publicité sur l'armement de ses policiers en passant par la suppression de l'accueil matinal des enfants de chômeurs, il semblerait que le maire de Béziers prenne goût aux provocations. #Front National