Cinq jours, six îles. Après Saint-Barthélémy et Saint-Martin, la Martinique, la Guadeloupe et Cuba, #François Hollande pose les pieds à #Haïti. Le symbole est fort tant "la perle des Antilles" nécessite plus que jamais le soutien appuyé des grandes puissances mondiales. Si, lors de l'inauguration du Mémorial ACTe (Centre caribéen d'expressions et de mémoire de la traite et de l'esclavage) à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le chef de l'État s'est engagé à « acquitter la dette de la France », il a rejeté les demandes de réparations financières pour l'esclavage.

Une dette morale, pas financière 

«La seule dette qui doit être réglée, c'est de faire avancer l'humanité, a-t-il déclaré dimanche s'adressant à Michel Martelly, président d'Haïti. C'est ce que ce Mémorial (ACTe) nous rappelle. La France toute entière est engagée dans cette reconnaissance au-delà des sensibilités, des philosophies. La France est capable de regarder son histoire, parce que la France est un grand pays qui n'a peur de rien et surtout pas d'elle même. » François Hollande a concédé que Haïti a été contraint de verser « une rançon d'indépendance » à notre pays jusqu'à la moitié du XXe siècle. « Quand l'abolition de l'esclavage fut acquise, les anciens maîtres ont exigé d'être dédommagés, a-t-il rappelé. La monarchie de Charles X réclama à la jeune République d'Haïti une indemnisation d'Etat de 150 millions de francs-or afin d'indemniser les colons qui le réclameraient. » Le discours est applaudi mais, comprenez bien, la dette en question ne sera que morale.

La question de la reconstruction

Outre le thème de l'esclavage, François Hollande va visiter le futur Hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti. Un symbole qui nous transporte au 12 janvier 2010 et le séisme meurtrier qui avait fait 230 000 morts et laissé plus d'1,5 million de personnes sans abris et des ruines. Le sujet est très sensible au vu des besoins urgents du pays… Cinq ans après la catastrophe naturelle, la reconstruction est en effet malmenée. « Malheureusement, l'intérêt de la communauté internationale est retombé alors que des dizaines de milliers de personnes sont toujours sans abri et vivent dans la misère », regrette la responsable d'Amnesty International pour les Caraïbes, Chiara Liguori. « Les programmes de relogement temporaires partent d'une bonne intention, mais ils ne sont qu'un emplâtre sur une jambe de bois. »

Du coup, le collectif Haïti de France a publié une lettre ouverte au président de la République dans laquelle il espère faire entendre ses nombreuses préoccupations. « Vous pourrez mesurer la réalité de la reconstruction et des engagements pris par la communauté internationale, écrit le collectif. Aux côtés des engagements publics français, nous vous invitons à prendre connaissance de ce qui a été entrepris par les collectivités et associations françaises directement, avec l'appui de la coopération française ou celui de la Fondation de France. Vous verrez que beaucoup a été fait mais aussi que ce qui reste à faire est encore bien plus vaste. »

Pour rappel, une cinquantaine de pays et d'organisations ont promis 12,4 milliards de dollars d'aide humanitaire et de développement et d'annulation de dette après le séisme. Pour autant, 80% de cet argent a été déboursé. Et pas forcément pour les plus démunis… Le collectif liste les urgences : respect des droits humains dans le pays pour les migrants (un million d'Haïtiens n'ont pas d'état civil), le droit à l'éducation pour tous, le droit à la souveraineté alimentaire, l'appui technique aux institutions et le devoir d'assistance pour la prévention des risques environnementaux. Mais la diplomatie reste la diplomatie. Le symbole et les discours prendront le pas sur l'action.

Le programme de François Hollande à Haïti, ce mardi 12 mai 

10h00 : Cérémonie officielle d'accueil par M. Michel Joseph Martelly, président de la République d'Haïti.

10h30 : Musée du Panthéon national haïtien

10h50 : Recueillement devant la statue de Toussaint Louverture

11h45 : Entretien des deux chefs d'Etat

12h30 : Point de presse conjoint

13h00 : Visite du site du futur Hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti

13h45 : Déjeuner officiel

15h15 : Réception de la communauté française