Le triomphe de #Nicolas Sarkozy sera total à la Porte de la Villette. Nicolas Sarkozy va faire accepter le principe d’un nouveau Parti, « Les Républicains », et forcément d’un nouveau logo. Après la création du RPR en 1976/1977 où il n’avait qu’une vingtaine d’années, Nicolas Sarkozy, la soixantaine intacte, va enfin avoir les mains libres pour organiser la vie de la Droite à sa main et comme il le veut après avoir été Président de la République de 2007 à 2012. Chapeau l’artiste : en quarante ans de vie politique intense il a été maire de Neuilly, Ministre et Président du Conseil général des Hauts de Seine !

La plupart des représentants de la Droite à la Primaire de 2016 seront présents dans la salle à la Porte de la Villette et ils assisteront, malgré eux, au sacre de Nicolas Sarkozy. L’homme est habile manœuvrier et très bon tacticien. En revanche, il reste au Président des Républicains à énoncer de façon claire un projet de société, tant sur le plan politique, que sur celui programmatique pour la campagne présidentielle de 2017.

Quel discours Nicolas Sarkozy est-il prêt à tenir pour asseoir la permanence du nouveau parti « Les Républicains » en République ? Ce discours sera-t-il européen, libéral, réformiste, bonapartiste ? Comment Nicolas Sarkozy va-t-il articuler l’existence d’un Parti républicain hégémonique comme au temps de l’#UMP avec le Centre-Droit, l’UDI, et un Centre-Gauche-Droit, le MODEM ?

Nicolas Sarkozy a un boulevard devant lui. La sociologie de la société française montre que celle-ci est massivement à Droite, même si elle ne vote pas comme un seul homme pour la Droite. Il reste à Nicolas Sarkozy de se situer au Centre de la République et de capter toutes les sensibilités républicaines avec des messages forts en direction des différentes composantes républicaines de la société française.

Sarkozy a réussi sa première phase en se situant au Centre-Droit de la République. Il lui reste à passer à la deuxième étape : mettre en œuvre un discours moral et non moralisateur, rassembleur et non clivant, solidaire et non individualiste, responsable et non articulé autour de l’assistanat pour limiter les effets négatifs de ses contempteurs qui ne manqueront pas de lui rappeler que la République est un bien collectif et non sarkozien.

#Président de la République