#Nicolas Sarkozy est dans une posture politique difficile: la cour d'appel vient de déclarer que les écoutes policières concernant l'ancien président étaient légales. Combatif, il va former un pourvoi en cassation. L'objectif sera de tenter d'imposer le principe des communications légales et privées entre l'avocat Thierry Herzog et Sarkozy pour disculper ce dernier et faire de lui l'innocent que les militants de l'UMP voient. Pour ceux-ci, qui deviendront les Républicains, il existe un complot visant à discréditer son retour sur la scène nationale. Ce retour a été réussi car l'UMP a gagné les élections départementales. Sarkozy a remis en ordre de bataille le mouvement, il continue de clarifier les positions des uns et des autres au siège de l'UMP et il négocie avec les banques pour réduire la dette abyssale du parti.

Nicolas Sarkozy a été accusé de corruption dans l'affaire Bettencourt. Il a été lavé de tout soupçon par la #Justice. En revanche, cette dernière continue à s'acharner sur l'ancien président pour connaitre le bien fondé de plusieurs affaires comme le financement de sa campagne grâce à des fonds libyens.

Le dossier judiciaire de Sarkozy devient trop lourd dans le paysage politique français. Certains estiment que, malgré son statut d'ancien président, la loi doit passer en primeur. Pour d'autres, il s'agit purement et simplement d'un complot contre lui pour l'empêcher de revenir aux affaires. Ce complot serait amplifié par la mise en garde à vue (affaire Bygmalion) de Franck Louvrier, un des proches de Sarkozy anciennement en charge de sa communication.

On voit donc que Nicolas Sarkozy se trouve dans la seringue. En reprenant l'UMP après la présidence désastreuse Copé/Fillon et après avoir gagné les départementales, l'ancien président a entrepris la réforme interne du parti grâce au changement de logo et de nom. L'UMP devient les Républicains, Sarkozy veut que le nom soit soumis aux militants au nom de la démocratie participative qu'il vient d'introduire dans le fonctionnement légal des Républicains. Malgré ses déboires judiciaires, Nicolas Sarkozy continue de se battre en estimant qu'il sera le nouveau président des Français en 2017.