Avec 63% d'opinions favorables, Jacques Chirac reste l'ancien #Président de la République le plus populaire de la cinquième république, juste devant son prédécesseur à l'Elysée, François Mitterrand.

Un personnage apprécié des Français

Plusieurs raisons peuvent expliquer son actuelle bonne forme dans l'opinion publique. D'abord, un ancien chef de l'Etat à la retraite bénéficie souvent d'une meilleure image. Il n'a pas à prendre de décisions difficiles et ne risque pas de levée de bouclier à chaque prise de parole.

Mais Jacques Chirac possède un côté sympathique, un air "père de la Nation" au-dessus de la mêlée politique, et c'est sans doute ce qui le rend si populaire auprès des Français.

Des décisions politiques marquantes

Au cours de ses deux mandats présidentiels, l'ancien chef de l'Etat a pris des décisions qui ont marqué l'histoire de la République.

La première étant la suspension (et non la suppression), le 22 février 1996, du service militaire, remplacé par la Journée d'Appel de Préparation à la Défense (JAPD). La volonté de passer d'une armée d'appelés à une armée de métier est la première grande décision de son quinquennat. Notons que ce changement est intervenu dans un contexte de fin de guerre froide. Il n'est pas certain que le président aurait fait le même choix aujourd'hui.

La deuxième est la dissolution de l'assemblée nationale, le 21 avril 1997. Ce choix intervient alors à 11 mois des prochaines législatives, et déstabilise sa majorité parlementaire, et son électorat. Ces élections marquent le retour de la gauche au pouvoir, 4 ans après la déroute de 1993 où le PS ne comptait plus que 52 députés à lui seul. Lionel Jospin, nommé Premier ministre, en profite pour faire voter d'autres lois historiques telles que les 35 heures, ou encore le PACS (première union civile homosexuelle en France).

La dernière solution marquante du quinquennat de Jacques Chirac est le refus de la France de participer à l'invasion de l'Irak en 2003. On se souvient notamment du discours de Dominique De Villepin le 14 février 2003 devant le conseil de sécurité de l'ONU. Grand moment de la politique étrangère française, il marque l'opposition de la France aux mensonges de la CIA quant à l'existence d'armes de destruction massives en Irak.

Diminué par des ennuis de santé à la fin de son second mandat, le président Chirac reste aujourd'hui une référence politique.

Il soutient aujourd'hui son ami Alain Juppé, dans la course à la primaire de la droite en 2016. La présidentielle de 2017 pourrait bien marquer le retour de la "Chiraquie" au pouvoir. #UMP