Qu'il s'agisse d'un particulier, d'une personnalité ou d'un organisme, un changement de nom n'est jamais gratuit. Des frais administratifs et de procédures sont systématiquement engendrés. Lorsqu'un parti politique souhaite changer de nom, la règle est la même mais d'autres frais viennent s'ajouter. Abandonner le nom de l'#UMP pour adopter le nom « Les Républicains » n'a pas que des avantages pour le parti. Cette démarche a surtout un coût qui dépasserait les 60 000 euros, selon Daniel Fasquelle, le trésorier du parti. Explications.

Une facture « détaillée »

Le changement de nom de l'UMP entraîne toutes sortes de frais, comme l'explique Daniel Fasquelle : « 30 000 euros seront dédiés à la confection du nom lui-même, celle du logo mais aussi la protection du nom ; Ensuite, 30 000 euros serviront à régler les frais de modification du site internet, les frais engendrés par le changement des enseignes sur la façade des bureaux du parti et les frais générés par la fabrication de l'arrière-plan utilisé lors des conférences de presse. Au total, ce sont 60 000 euros, ce qui est une somme tout à fait raisonnable », détaille le trésorier.

Des frais couverts par les économies du parti

Nombreux sont les membres de l'opposition qui s'interrogent quant au financement du changement de nom. Selon le trésorier de l'UMP, « ce qui sera dépensé est financé par des économies. On a commencé par faire des économies. En tant que trésorier, depuis que je suis là, c'est-à-dire depuis décembre dernier, nous avons fait près d'un million d'euros d'économies. Et ce sont ces économies qui permettront de financer le congrès et le changement de nom du parti ».

Aux 60 000 euros détaillés par Daniel Fasquelle précédemment s'ajoutent d'autres frais annexes. Des « petites dépenses » telles que l'impression de milliers de cartes de visite, des cartes de membre, du papier à en-tête, des autocollants, des produits dérivés estampillés « Les Républicains »... La liste est loin d'être exhaustive. Ces frais seront-ils eux-aussi couvert par les économies ? Seront-ils pris en charge dans le budget du parti ?

Les économies du parti, évoquées par le trésorier, reposeraient notamment sur la réduction de la flotte automobile, la diminution du budget attribué aux sondages ou encore la réduction des frais de déplacement et de traiteur.

Et les stocks ?

Jusqu'à présent, un catalogue de cinq pages proposait de nombreux produits dérivés estampillés UMP. Le parti va-t-il brader les stocks de la boutique ? Va-t-il offrir ses tasses, tee-shirts et stylos aux plus démunis ? Que vont devenir les bobs, les tongs de plage et autres autocollants rouges et bleus ?

Selon les premières informations, une boutique en ligne devrait faire son apparition sur le site internet du parti lorsqu'il aura changé de nom.

Budget serré pour le congrès

Samedi 31 mai, soit six mois après son élection à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy rassemblera les militants du parti lors du congrès refondateur, organisé dans la Grande halle de La Villette, à Paris, afin d'entériner les nouveaux statuts du parti. Un évènement qui a lui aussi un coût : 400 000 euros. C'est peu si on compare au congrès de 2004, pour lequel le parti avait déboursé plus de cinq millions d'euros. Cette année, ayant un budget restreint, l'UMP a limité le nombre d'invités et mis ses membres à contribution pour assurer la sécurité du congrès, l'accueil du public ou encore la vente des souvenirs.