Voilà qui clôture une des affaires judiciaires les plus improbables de ces dernières années. Il faut dire que l'affaire Bettencourt avait tous les éléments pour qu'une banale escroquerie se transforme en feuilleton haletant, digne de la série Dallas et des manigances entre membres de la richissime famille Ewing. Sauf que le personnage principal n'est ici nul autre que l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, première fortune de France, dixième fortune mondiale, à la tête de la coquette somme de 40 milliards de dollars. Besoin d'un petit récapitulatif de l'affaire ? Le voici !

Que s'est-il passé ?

L'affaire a éclaté il y a déjà sept ans, lorsque la fille de Liliane Bettencourt a porté plainte contre François-Marie Banier, un photographe soupçonné d'avoir profité de la générosité de la milliardaire, diagnostiquée comme étant atteinte de la maladie d'Alzheimer. Cela aura été come un coup de pied dans la fourmilière : au fur et à mesure de l'enquête de la police, d'autres noms sont cités dans la presse, comme ayant également abusé de la faiblesse de l'octogénaire. Dont un nom en particulier, qui aura eu le mérite de faire retentir l'affaire dans tous les médias : celui de Nicolas Sarkozy. L'ancien président français aurait bénéficié de dons de Bettencourt pour financer sa campagne électorale. Son trésorier, le député UMP Eric Woeth, est également lié au dossier.

Au final, certains auront été lavés de tout soupçon avant le début du procès, qui s'est tenu en mars dernier à Bordeaux. Dix prévenus ont été jugés pour divers chefs d'accusation : abus de faiblesse, abus de confiance, blanchissement et même recel. Le jury a finalement rendu son verdict ce jeudi 28 mai, mettant fin à une saga juridico-politico-financière des plus complexes. #Justice #Paris politique