Montebourg, ancien Ministre de François Hollande, est considéré comme une « grande gueule » au PS. On a beaucoup ri de ses sorties à propos de son Made in France. Sans avoir la mémoire courte, sauf pour ceux qui s’intéressent à la téléréalité, Montebourg essayait de poursuivre la thématique du patriotisme économique énoncée par l’ancien Premier Ministre de Jacques Chirac, à savoir de Dominique de Villepin.

La France est un pays bizarre où il y a plus de causeurs que de faiseurs, et cette façon de faire, à savoir la glose plutôt que l’acte, a été transmise, via l’esclavage et la colonisation, aux pays africains francophones. En France, on passe plus de temps à discuter qu’à faire. Le Made in France est une réalité dont tous les hommes et femmes politiques, tous partis confondus, disent beaucoup de bien, surtout après un bon déjeuner ou dîner, digestif et cigare en main. Le Made in France doit s’inscrire dans une réalité économique, ce qui ne semble pas être le cas en France, pays dans lequel on parle beaucoup de compétitivité mais dans lequel on ne fait rien pour adapter les comportements et les habitudes à cette exigence mondiale.

La réalité économique française est autre. Sans être un nationaliste fervent, il faut noter que la plupart des entreprises françaises, au nom du marché mondial, fabriquent leur production à l’étranger. Le Made in France est souvent chanté comme valeur politique et patriotique et non vécu comme pratique professionnelle typiquement française. Certains artisans français, que je considère comme faiseurs du Made in France, ne sont pas aidés pour que le Made in France continue d’exister. On nous parle du luxe, des parfums et d’autres produits, sans dire aux Français que ces entreprises, qui restent françaises, sont la possession d’étrangers au niveau du capital économique et financier.

La France se veut la championne du Made in France, mais elle ne fait pas grand chose pour que les conditions économiques, fiscales et sociales rencontrent ce vœu. Ce sont les capitalistes étrangers qui viennent redonner de la flamboyance au Made in France. Ils sont asiatiques, américains, allemands ou qataris. Ils investissent largement dans les activités de restauration, de l’hôtellerie et des vignobles pour faire prospérer la marque France.

Les véritables capitalistes d’origine française préfèrent les chicayas et les grandes démonstrations théoriques. Comment expliquer que la France qui a inventé le minitel, ait raté le virage de l’internet dans sa composante personal-computer ? Il y a un discours et une grandiloquence autour du Made in France par les politiques français, alors que la pratique des industriels est à l’externalisation de leurs activités pour bénéficier des conditions fiscales et des coûts sociaux inférieurs à l’étranger.

Nous sommes au royaume du double-discours et ce royaume s’appelle la France, donneuse de leçon à la terre entière, mais incapable d’organiser ses capitalistes pour une valorisation du Made in France. La compétition mondiale passe d’abord par les territoires. La France a beaucoup de mal à le voir et accepte de s’ouvrir aux autres sans contrôler ses bases arrières. La France est une grande puissance commerciale et militaire, mais jusqu’à quand ?  #Crise économique