Le retour de Nicolas Sarkozy bouleverse le calendrier politique de #François Hollande.

 

Le retour de Nicolas Sarkozy sur la scène médiatique plus tôt que prévu bouleverse les rapports du Président Hollande au temps politique. A croire que c’est Nicolas Sarkozy qui oblige le Président Hollande à sortir du bois. Il est vrai que les deux hommes politiques ne se supportent pas beaucoup. Après la déclaration intimiste et officielle sur l’inversion de la courbe de chômage qui ne se fera pas, le Président de la République se lance dans une grande déclaration d’amour en direction des Français avec des hésitations en matière de communication quand il conditionne cette baisse des impôts à un rebond du taux de croissance.

Le Président a compris que, même si le taux de croissance passe de 0.8 à 1%, celui-ci ne peut que stabiliser le niveau du chômage mais ne peut en aucun cas contribuer à une création massive de l’emploi. Il réajuste sa stratégie et s’adresse au portefeuille des Français. Les impôts vont baisser : dans une première adresse cette baisse était conditionnée à une hausse du taux de croissance  et dans une seconde explication de texte les impôts vont baisser coûte que coûte et quelque soit la situation. Il faut reconnaitre au Président Hollande d’avoir pris la décision de baisser maintenant les impôts pour certains de nos compatriotes, soit 9 millions de ménages.

 

Le Président Hollande souhaite une baisse importante des impôts pour les Français

 

Il faut aller plus loin Monsieur le Président et décider tout de suite d’une baisse drastique des impôts pour les catégories moyennes et populaires dont la propension à consommer est plus forte que celle des ménages les plus riches. Cette baisse des impôts doit s’accompagner d’une politique de communication qui inciterait les ménages français à consommer français, ce qui aurait un effet de relance dans l’économie grâce à la TVA qui autofinancerait cette baisse des impôts. Cette baisse n’est possible que si le supplément de pouvoir d’achat se porte sur les produits français et non sur les produits étrangers, ce qui dans ce dernier cas entrainerait un effet d’éviction et rendrait nul le financement des impôts par la TVA. Malheureusement, il semble que le marché des biens de consommation industriels et des biens d’équipement ménagers (Smartphones, téléphones portables, chaînes hifi, etc.) sont pour la plupart de marque étrangère.

Une autre révolution fiscale consisterait à unifier les deux impôts sur le revenu que sont l’IRPP (Impôt sur le revenu des personnes physiques, impôt progressif et payé simplement par un ménage sur deux) et la CSG créée par le Premier Ministre Rocard (Contribution sociale généralisée, impôt proportionnel à vocation transitoire et devenu permanent). Vous avez promis une réflexion sur le prélèvement à la source, commencez dès maintenant à unifier les deux impôts et mettez en chantier votre promesse récente de prélèvement à la source. Si les Français estiment que vous avez fait avancer la France à défaut d’avoir inversé la courbe de chômage, ils vous rééliront en 2017, dans le cas contraire ce sera à votre successeur, dont on peut penser sans se tromper qu’il émergera de la Droite conservatrice et centriste, de continuer cette révolution fiscale moderne que représente le prélèvement à la source.

 

http://fr.blastingnews.com/politique/2015/06/2018-grande-annee-fiscale-du-president-hollande-00432187.html

http://fr.blastingnews.com/politique/2015/07/la-lettre-de-francois-hollande-aux-contribuables-00467223.html #Finances #Crise économique