Monsieur Hollande, vous avez mal apprécié l’économie française après votre élection en 2012.

 

Le Président #François Hollande est instruit et intelligent. Il a passé avec brio les concours de Sciences Po, HEC et l’ENA. Il a construit son équation personnelle sur son intelligence et sur sa capacité à expliquer le monde et les faits à ses compatriotes quand il a assumé les fonctions de Premier Secrétaire du Parti socialiste, de Président du Conseil régional de Corrèze et de député. Comme toujours en France, dans notre pays, on privilégie l’instruction académique par rapport à l’intelligence de terrain. Hollande, après avoir gagné l’élection présidentielle  en 2012, a commis une erreur d’énarque : augmenter les impôts pour donner des ressources supplémentaires à l’Etat afin de mener à bon port ses missions sociales. Ce conseil, maladroit au plan de l’analyse économique, a été soufflé au Président  par l’actuel Ministre de l’économie Emmanuel Macron. Ce dérapage intellectuel permet de dire que, dans notre pays, le verbe est privilégié par rapport à l’action concrète. D’ailleurs, tous les Français obligent, quand ils en ont les moyens, leurs enfants à devenir des énarques et hauts fonctionnaires pour diriger le pays. La France a beaucoup de mal à trouver une place réelle dans la mondialisation actuelle. C’est une réalité pour ses grandes entreprises et c’est un aspect négatif et de perdition pour ses PME, ses éleveurs et agriculteurs.

 

Le Président Hollande face à une équation inhabituelle : une baisse de #Chômage structurelle de long terme ou conjoncturelle.  

 

Le Président Hollande dit que s’il n’y a pas une baisse du chômage, il ne sera pas candidat en 2017. Il l’a encore rappelé lors de son interview du 14 juillet 2015. Le problème est que le Président est intelligent : il ne dit pas quelle serait la nature de la baisse du chômage. Une baisse continue ? Partielle ? Structurelle ou conjoncturelle ? Cette baisse du chômage est-elle en niveau ? En volume ? Quelles sont les catégories concernées selon les critères établis par Pôle Emploi, A, B ou C ? On peut se demander et s’interroger sur le type de catégorie que va adopter le Chef de l’Etat pour annoncer aux Français que le taux de chômage baisse.

 

Monsieur le Président, soyez honnête avec vous-même.

 

La Gauche au pouvoir n’a rien compris de l’analyse économique concrète. Elle estime, et forte de son bon droit, qu’il suffit de dire aux chefs d’entreprise qu’ils doivent embaucher pour que ceux-ci le fassent. La réalité est ailleurs : malgré la baisse des cotisations et d’autres mesures fiscales dont peuvent bénéficier les entreprises françaises, l’embauche n’est possible que si les entreprises ont les carnets de commande remplis. Dire le contraire aux Français est un mensonge et fondamentalement un leurre. Le gouvernement socialiste, comme les autres gouvernements de droite aux affaires avant, s’appuie sur l’incrédulité des Français et leur non connaissance des problématiques pour imposer leurs idées et leurs actions.

 

Le Président Hollande est peut-être malin (sur le plan extérieur c’est un Président respectable car il a réussi à affirmer la présence de la France au Mali et dans la négociation avec l’IRAN), mais il risque d’être pris à son propre jeu  quand il soumet sa nouvelle candidature à la baisse du chômage. Monsieur le Président le chômage ne baissera pas, à moins que vous utilisiez un artifice analytique et statistique en 2016 pour dire que c’est le cas. Monsieur le Président, les études économétriques de l’OCDE et d’autres institutions académiques européennes concernant le chômage en France montrent que le chômage ne baissera pas d’ici à 2017. Il vous reste une chose : ne pas vous représenter à l’élection présidentielle en 2017 comme vous l’avez-vous-même promis.  

http://fr.blastingnews.com/politique/2015/08/le-medef-l-allie-naturel-de-francois-hollande-00492155.html

http://fr.blastingnews.com/politique/2015/07/la-lettre-de-francois-hollande-aux-contribuables-00467223.html #Élections