La victoire célébrée de Teddy Riner ne doit pas cacher l’atavisme français : le Noir, ce n’est que du muscle et non pas l’intelligence. La réalité est différente.

 

Teddy Riner est devenu le premier français noir qui vient de conquérir la première place dans le gotha du judo français en termes de victoires dans les championnats du monde. Il vient de gagner son huitième titre mondial. Il est tout seul et unique. Nous précisons « français et noir » car c’est un mot qui gêne et qui arrange une partie de la République.  Loin de nous l’idée qui faille séparer les Français entre eux car la République ne reconnait que des citoyens et pas des individus ou des groupes en fonction de leur couleur de peau ou de leur religion. C’est bien ainsi pour la cohésion sociale.

Dans la réalité les choses sont différentes. La plupart de nos compatriotes de couleur ou de religion autre que chrétienne sont souvent discriminés dans le monde de l’entreprise. Ces Français à part réussissent au plan sportif car ils portent très haut les couleurs de la France en athlétisme, au basket, au foot et aujourd’hui au judo. Teddy Riner ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt des discriminations en direction des compétences professionnelles réelles de français noirs, maghrébins ou d’ailleurs. On trouve parmi ces populations des personnes très compétentes qui maitrisent les langages de l’industrie mais qui ne sont jamais employés à leur juste valeur et qui ne participent pas au Conseil d’administration des entreprises sous prétexte qu’ils sont noirs ou maghrébins, car la France a un réel problème avec son histoire : l’esclavage, la colonisation et la guerre d’Algérie.

On préfère cantonner les noirs français et les français maghrébins (ce qui est en soit déjà une contradiction car on est français tout court) dans les activités sportives où le muscle joue plus que le savoir et la tête. On les célèbre. Quand ils sont sportifs de très haut niveau, à la fin de leur carrière sportive on les retrouve en nombre limité, voire pas du tout aux postes de commande des fédérations de leurs disciplines. Il ne s’agit pas de réveiller les vieux démons et d’opposer les Français entre eux mais de souligner les pratiques discriminatoires et les volontés réelles des dirigeants de notre pays de cantonner une partie de nos concitoyens dans certains métiers.

 

Les Français venus d’ailleurs n’ont pas que du muscle, ils ont aussi un cerveau.

 

Loin de nous le principe de victimisation, mais en tant que citoyens et observateurs de la vie politique et sociale de notre pays, nous exhumons les pratiques cachées qui sont considérées comme normales par les personnes qui en sont victimes et par le reste de la population. Célébrons Teddy Riner, célébrons la victoire française  au Championnat du monde, soyons satisfaits qu’un Français devienne la première référence mondiale du judo face aux Japonais. Cependant, restons lucides, les Français venus d’ailleurs n’ont pas que le muscle, ils ont aussi un cerveau et des pratiques intellectuelles. Assez paradoxalement quand ils s’expriment correctement en Français après leur cursus universitaire, ils constituent un danger car un Français venu d’ailleurs ne doit pas s’exprimer correctement pour espérer la sympathie de ses compatriotes français du terroir. Il devient un danger qu’il faut reléguer et ne pas faire apparaitre. On le préfère sportif mais pas intellectuel capable d’être haut responsable dans un parti politique ou de diriger une grande entreprise nationale.

 

On critique beaucoup en France les Etats Unis pour leur racisme, mais eux ont eu un Président noir et ont des hommes et des femmes d’affaires noirs. Tiens-tiens, aux Etats Unis les grands sportifs sont aussi noirs.

 

http://fr.blastingnews.com/sport/2015/07/equipe-de-france-feminine-et-maintenant-00472375.html

http://fr.blastingnews.com/politique/2015/08/comment-penser-la-republique-et-la-democratie-de-nos-jours-en-france-00517657.html #Gouvernement #Afrique #Paris sport