Le 1 et le 2 Septembre 2015, s’est tenu le séminaire national sur la protection de l’enfance dans les médias au lieu dit Hôtel Mont Fébé à Yaoundé. Ce séminaire aura été organisé sous le haut patronage de son excellence monsieur le premier Ministre, chef du gouvernement Philémon Yang et du Conseil national de la communication (CNC) du Cameroun. En début de matinée, les invités, les participants, les modérateurs, quelques députés juniors, et l’ensemble des panélistes ont vu démarrer le début des cérémonies avec une entrée magistrale de la chorale de l’université de Yaoundé I. On aura remarqué la présence et la participation du Ministre de la communication son excellence Issa Tchiroma Bakary, le Ministre du travail et de la sécurité sociale monsieur Grégoire Owona, le Ministre de la promotion de la femme et de la famille, et le Ministre de l’éducation de base. S’en sont ensuite suivi quelques discours de bienvenue des représentants du gouvernement et la projection d’un microprogramme sur huit minutes sur le thème du séminaireet enfin,le discours inaugural du vice-président du CNC représentant du Premier Ministre chef du gouvernement Monsieur Peter Essoka. 

Le séminaire divisé en de nombreuses sessions, aura amorcé son entame avec le premier thème portant sur :le droit à l’information et développement de l’enfant : Exigences réglementaires et prescriptions déontologiques. Le docteur Nta à Bitang premier panéliste de l’assemblée, évoquera avec virulence l’implication des médias reliée à la protection de l’enfant, et mettra en exergue quelques dérives de ces mêmes médias concernant le droit à la vie privée des enfants en insistant sur les abus de toutes sortes dont seraient victimes au quotidien ces mineurs sans protection.Avant de finir son élocution, le docteur Nta à Bitang n’oubliera pas de citer la convention des nations unies contre la criminalité transnationale organisée et adoptée en 2011 et son protocole additionnel visant à remplir et punir la traite des personnes en particulier des femmes, des enfants, adoptées en 2004 entre autres. Le Enoh Tanjoh, de l’université de Buea lui parlera avec une éloquence et simplicité de cette implication structurelle et quelquefois mal organisée des médias s’agissant premièrement à limiter certaines diffusions pouvant choquer des enfants mineurs et n’omit pas citer l’éthique et la déontologie dans le métier du journalisme. La seconde session du 2 septembre aura été menée de main de maitre par le professeur Christian Abolo Mbita et Monsieur Hamma Tinni secrétaire général du conseil supérieur de la communication du Niger, et le Docteur Baba Wame auront traités le sujet sur : les mécanismes de protection de l’enfance et de la jeunesse dans les médias en ligne. Il aura été question dans cette session de réguler les programmes audiovisuels en créant des cellules de contrôle basés sur les limitations de projections de programmes et des méfaits de la cybercriminalité et de ses différentes typologies qui nuiraient à l’enfant mineur. Le séminaire sur la protection de l’enfant dans les médias, se ponctuera au final par de nombreuses intervenants des participants et des invités faisant suite au discours de fin classifiée en session de restitution. La lecture des différentes recommandations, celui du rapport généralémis chacun par le docteur Jean François Ngueguang et le professeur Albert Mbida a mit fin au séminaire suivi du discours de clôture du vice-président du CNC et du Ministre de la communication. l #Facebook #Cameroun #WhatsApp