Air France, les 35 heures et l’entrée d’une association #Front National à Sciences Po sont trois événements analysés sur un même plan, celui de l’idéologie, alors que la bonne analyse devrait forcément les séparer. D’Air France, on dit que les pilotes sont nantis au nom de l’idéologie libérale. Des 35 heures qui doivent être réformées, on dit aussi que l’idéologie libérale est à l’œuvre. L’entrée à Sciences Po d’une association appartenant au FN montre que le FN est en train de se normaliser en devenant républicain.

 

Il n’y a aucune idéologie structurée autour de ces trois thèmes. Le peuple français a beaucoup de mal à regarder la réalité et la vérité dans les yeux du monde qui se développe à grande allure. La France est devenue la 6e nation économique du monde alors qu’elle occupait la troisième place. A force de bavardages et d’incompétences, notre pays qui a des ressources fortes est en train de régresser de façon inexorable. Nous sommes un pays où le paraitre et le bon mot prennent le lit et la place de la compétence et de la diversité. On a raillé Morano, j’avoue que j’ai été l’un de ces railleurs, mais après réflexion je pense que son inculture historique lui a fait préférer le mot de race à la place de diversité ou collectivité humaine, permet quand même de donner raison à Morano car elle exprime tout haut ce que d’autres pensent tout bas. La société française, au départ, est « phénotypalement » blanche (même si la notion de couleur est une construction historique esclavagiste pour exprimer la suprématie d’un peuple par rapport à d’autres). On peut ne pas être d’accord, supprimons le mot race de la Constitution et voyons comment on pourra poursuivre les personnes coupables de racisme, peut-être au nom de l’insulte, de la diffamation mais plus au nom de la race. Mais c’est un autre débat.

 

 Air France depuis de nombreuses années n’arrive pas à mettre en place des schémas stratégiques qui épousent la concurrence mondiale. Des compagnies nouvelles émergent dans le Golfe et en Asie, et proposent des conditions de voyage et de tarification hyper concurrentielles. Air France, habitué à sa rente sur ses lignes africaines, pense que le monde est africain et ne réfléchit pas assez sur les structures intrinsèques (salaire des pilotes, personnel administratif, maintenance des avions, dépenses liées à l’amélioration des conditions de vol pour les passagers) de son existence. Des compagnies importantes ont disparu. Si Air France disparait, le ciel ne tombera pas sur le pays France.

 

Les 35 heures : soyons sérieux, c’est un modèle d’organisation du marché qui est essentiellement politique et idéologique mis en place par Madame Aubry. Même à gauche, et pas simplement Macron, on reconnait que ce sont des vieilles lunes. Il faut dépasser ce dogme et ancrer la nouvelle France compétitive au-delà des trente cinq heures, sinon notre pays va continuer à se désindustrialiser. Que la droite républicaine qui arrivera aux affaires en 2017 (si c’est le cas) supprime les trente cinq heures au lieu de passer son temps à pleurer et à ne pas prendre de décision.

 

L’entrée d’une association FN à Sciences Po nous réjouit. En désaccord avec les idées du FN,  en tant qu’ancien locataire et diplômé de cette maison, nous estimons, au nom de la République, que toutes les idées doivent être discutées et combattues. C’est cela la République française. Evitons, par pudeur et fausse éducation, d’avoir toujours la tête dans le sable comme l’autruche. Les étudiants de Sciences-Po, membres du FN, seront les élites de demain (le Front national combat les élites, belle contradiction !) qu’il faudra considérer comme d’autres élites de la diversité pour ne pas dire de race noire ou basanée ou jaune, pour ne pas filer la métaphore de Morano qui, dans un  plaidoyer maladroit et racialisé,  montre, selon nous, les réelles discriminations permanentes de la société française et de la République envers ses élites citoyennes diverses malgré les beaux discours. #François Hollande #Gouvernement