Je pleure, j’ai mal dans mon corps et dans mon âme pour mes 130 compatriotes morts sous les balles de criminels qui revendiquent leur appartenance à un non-Etat appelé Daech et dont l’acronyme anglais ISI évoque l’Islamic State in Iraq and Syria. Les anglo-saxons nous ont induit en erreur et nous désignons par Etat uniquement un groupe de dissidents politiques, de repris de justice et de responsables politiques sunnites qui en 2006 en Irak ont fondé Daech, groupe dissident d’Al Qaïda, qui s’est donné le nom d’#Etat Islamique en juin 2014 et a proclamé le Khalifat dans les territoires sous leur contrôle en Irak et en Syrie. Que nos hommes politiques s’informent mieux, ainsi que nos journalistes, pour éviter des maladresses d’analyse. Notre pays n’est pas en guerre contre un Etat reconnu par la communauté internationale, avec un gouvernement, une population dénombrée, des frontières structurées, des modalités politiques de vote et une monnaie structurée. On parle  d’un leurre, d’une espère de forme d’Etat qui n’en est pas un. Daech  est un groupe de brigands et de criminels qui salissent l’Islam en tant que religion.

 

Daech n’est pas un Etat et n’existe pas en tant que tel. C’est un groupuscule de terroristes, de politiques sunnites évincés par leurs compatriotes irakiens chiites et qui veulent se venger en essayant d’utiliser la situation de trouble actuel pour s’imposer au Moyen-Orient. Notre pays, la France, a raison de se défendre et d’utiliser des lois exceptionnelles ainsi que les trois mois d’urgence renouvelables pour rassurer nos concitoyens, pour montrer que nous n’avons pas peur et pour porter des coups sévères et meurtriers au nom de la justice à ce groupuscule de terroristes soutenus par certains Etats du Moyen-Orient que tout le monde connait, au nom du sunnisme musulman religieux qui lutte contre le chiisme religieux revendiqué par la Syrie et l’Iran.

 

De grâce, l’Etat français n’est pas en guerre contre un Etat fantomatique appelé Etat islamique, ce qui le reconnaitrait au même niveau que les Etats de la communauté internationale. L’Etat français combat un groupuscule de sanguinaires, de terroristes qui utilisent l’Islam pour justifier leur action politique. Monsieur Hollande, Messieurs les journalistes, utilisez les mots adéquats : la France, nation souveraine, combat des terroristes en utilisant tous les moyens modernes militaires pour le faire.

 

Il faut maintenant passer aux éléments pratiques. Après les attentats, pas simplement de Paris (130 morts + Charlie Hebdo 12 morts + Hyper casher 4 morts + Montrouge 1 mort + jeune artiste du Nord ) mais ceux de Beyrouth (44 morts), de Tunisie (Sousse/Bardo 38+22 morts) et de Russie (Metrojet tourisme 224 morts), Daech groupuscule terroriste va déstabiliser les démocraties occidentales. La France est en ligne directe car Daech exècre la personnalité de base de la France marquée par les Droits de l’Homme, la parité, l’égalité, la fraternité entre les Hommes et les Femmes, le vivre-ensemble,  la conversation autour d’un bon verre de Beaujolais (chers concitoyens, n’hésitez pas, buvez notre bon vin de France –il y en a d’autres- et n’hésitez pas comme vous le faites à investir cafés, restaurants, lieux de convivialité). Moi-même, j’ai fêté avec des amis le Beaujolais nouveau   le jeudi 18 novembre dans un restaurant place de la Bastille. 

 

La communauté internationale a pris acte de l’existence de ce groupuscule de terroristes, il faut maintenant passer aux solutions concrètes qui sont à la fois politiques et militaires. #Terrorisme #Daesh

  1. Comment restaurer la paix politique en Syrie et en Irak une fois que Daech éliminé ?
  2. Organiser une coalition militaire terrestre qui inclut la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Iran (qui ne s’aiment pas beaucoup au nom de la division sunnites/chiites) et les puissances occidentales.
  3. Apporter des réponses politiques durables après la victoire militaire sur le terrain au Moyen-Orient.