Au moment où le Parti socialiste est en tout point au fond du trou, la Droite républicaine, que d’aucun qualifie comme « la plus bête du monde », met en place les conditions de sa désintégration progressive. Aucun des grands ténors du Parti Les LR, qui sont en même temps les candidats aux Primaires (Juppé, Fillon, Le Maire, Kosciusko-Morizet), ne sera là. Au lieu d’être le Parti des solutions et du rassemblement, les LR apparaissent comme divisés car les Primaires sont dans toutes têtes. Mesdames et Messieurs les candidats LR aux Primaires, il y a un temps pour tout et il ne faut pas mélanger les calendriers.

 

Au cours de ce conseil national des Républicains qui permettra de confirmer les listes conduites par les candidats aux élections régionales, #Nicolas Sarkozy va attirer la lumière sur lui car il sera tout seul. Il ne faudra pas se plaindre que Sarkozy occupe tout l’espace des LR. Sarkozy a très bien compris que sa victoire aux Primaires est en partie liée aux victoires de la Droite aux Régionales, ce qui sera fait (même si cette victoire ne sera pas totale). En évitant le conseil national des Républicains, les différents candidats refusent d’apporter un soutien explicite à Nicolas Sarkozy. Ils contribuent par leur attitude à renforcer l’idée de désunion et celle d’un parti qui risque de se déchirer, même si, interrogés par BFM TV, Thierry Solère, en charge des Primaires, et Brice Hortefeux disent que le conseil national des Républicains est celui du rassemblement.

 

Nicolas Sarkozy est dans une situation critique : comment gagner les Primaires et comment convaincre les électeurs de France de voter pour lui en 2017 s’il est choisi par les Républicains ? La partie n’est pas gagnée. On ne connait pas encore les programmes des différents candidats aux Primaires. La plupart d’entre eux refuse le socle idéologique que Nicolas Sarkozy souhaite définir à leurs places, par exemple dans les domaines de la sécurité, de l’immigration et de la manière de faire les réformes que la France attend à cause de l’incapacité et des hésitations du gouvernement socialiste. #François Hollande espère en son for intérieur que c’est Nicolas Sarkozy sera choisi par les Primaires des LR afin de ferrailler contre lui à l’élection présidentielle, espérant l’emporter ainsi à la différence d’un Juppé ou d’un Fillon qui seraient beaucoup plus difficiles à battre.

 

Monsieur le Président Hollande, il ne faut pas se réjouir trop vite. Si vous voulez avoir Sarkozy au premier tour de l’élection présidentielle, attendez qu’il gagne les Primaires ; et si c’était le cas, il n’est pas sûr que le battiez forcément au cours de l’élection présidentielle. Aux Républicains, je dis ici et maintenant : ne faites pas les hypocrites comme d’habitude, montrez vos différences et vos soutiens respectifs sans vous entretuer, ne vous définissez pas dans un soutien à un candidat par émotion et griserie politique, attendez, comme un certain nombre de militants LR plus avertis de la chose politique, de voir les programmes et les projets de société des différents impétrantes et impétrants à la Primaire.   #Élections