Les faits sont là, implacables. Au premier tour le Front national est triomphant avec des scores autour des 30 ou 40 % selon les régions. Dimanche 13 décembre, deuxième tour des élections régionales, quel que soit le résultat du #Front National, la vraie gagnante sera #Marine Le Pen et le Front national. Elle aura montré que l’acronyme UMPS est une réalité, même si le parti LR valorise le principe du « ni-ni ». Qui pourra dire avec précision que les abstentionnistes du premier tour se sont déplacés en ne tenant compte que de leurs propres intérêts, sans être influencés par la demande du parti socialiste en direction de ses militants ? Estrosi en PACA, Xavier Bertrand dans le Nord, Richert dans le Grand Est, tous représentants de LR, ont demandé l’aide des militants socialistes républicains.

 

De plus, certains grands ténors des LR, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, ne veulent pas la présence de leurs responsables connus, Sarkozy, Alain Juppé ou Fillon, à leurs réunions de campagne avant le second tour. On mesure la désespérance et l’inquiétude de ces têtes de liste LR. Les Primaires à Droite et au Centre s’annoncent sanglantes. Marine Le Pen aura réussi à enfoncer un coin du non-dit et des faux-semblants de la Droite conservatrice qui avait espéré beaucoup de l’élection de Sarkozy en 2007. Aucune réforme réelle n’a été menée. Il faudra que le candidat retenu par les Primaires de la Droite et du Centre, chez les LR, dise sa ligne politique vis-à-vis du Front national, son projet et programme politique et quatre ou cinq grandes décisions concernant le marché du travail, la fiscalité, le rôle de l’Etat, l’éducation et la nouvelle identité de la France et des Français. La mondialisation et les élections régionales sont passées par là.

 

A Gauche, Hollande, intelligemment, a réussi à embarrasser Nicolas Sarkozy, mais cet embarras est de courte durée car le gouvernement socialiste, depuis fort longtemps, avec la Droite, a contribué à l’existence des 6 millions de chômeurs, des 8 millions de pauvres parmi nos compatriotes et aux mensonges permanents sur les questions de l’immigration, de la sécurité et pour tout dire du vivre-ensemble dans une France qui est devenue multiculturelle sociologiquement, qui penche fortement à Droite dans son vote, qui tolère l’Islam et les autres religions mais qui espère toujours la religion catholique comme première. Faut-il ouvrir ou non le débat concernant le financement des lieux de culte ? Il n’y a pas de racisme dans ce qui est dit ici et maintenant. Il n’y a que le principe de vérité, dont je n’ai pas le monopole, mais l’observation de la vie politique de mon pays me permet d’avoir les coudées franches pour dire les choses, même celles qui mettent mal à l’aise.

 

Le Front de Gauche est en train de disparaitre comme le Parti communiste. Les Verts, malgré leurs velléités d’indépendance, n’existent pas. Absents sur les grands sujets concernant l’environnement (ils ont brillé par leur inexistence au cours de la COP21), ces dirigeants sont obligés de reconnaître la suprématie du PS, de rentrer dans le rang afin de préserver leur avenir au cours des élections futures à partir de 2017. Hollande est gagnant sur le long terme, mais il va falloir qu’il explique pourquoi il n’a pas réussi à combattre le chômage pour respecter sa parole donnée. Il réussit sur le front de la sécurité, mais les véritables enjeux concernant le système politique français sont devant nous. 

 

Le FN « tripartise » le système politique et oblige à penser la vie politique française future dans une direction de décomposition-recomposition avec des nouveaux acteurs, des nouveaux débats de discussion politique et une nouvelle façon de faire de la politique de manière concrète sur le terrain en tenant compte de la désespérance des populations. Les nouveaux hommes et femmes politiques de demain  doivent désormais se servir moins de leur langue de bois et apporter des réponses aux préoccupations concrètes des Françaises et des Français. #Élections