Dans l’émission « Conversations secrètes » avec Denizot sur Canal Plus, Taubira livre une grande partie d’elle-même, intransigeante, exigeante, en phase avec ses convictions et ses valeurs, bataillant dur et ferme dans la République pour l’égalité de tous. Dans l’échange avec Denizot elle avoue à un moment donné qu’une partie des hommes politiques de Droite ont cristallisé leur opprobre sur elle en partie parce qu’elle est femme et à cause de sa couleur de peau. Même quand elle ne disait rien, elle était l’objet d’attaques ignobles. Cela montre en creux et de façon explicite ce qu’est une partie de la société française, enfoncée dans le racisme et dans l’idiotie. Une partie de cette société française, inculte ou instruite, a beaucoup de mal à accepter l’éloquence, la culture et la fonction politique occupée par Taubira qui est femme et noire.

 

Il reste dans la mentalité d’une partie de la population française ce racisme cultivé par les relents de l’esclavage et d’un égo démesuré justifié par rien, sinon que par une incompétence intellectuelle qui confine aux débats dignes d’un café du commerce. C’est intéressant de voir ce qu’il se dit à propos du départ de Taubira car, malgré les lois et les discours sur l’égalité, la société a du mal à se transformer radicalement car elle reste accrochée aux rapports de force et de domination, masculine aujourd’hui pour filer la métaphore réelle des sociologues du genre, esclavagiste et colonialiste pour d’autres qui n’acceptent pas les intelligences venues d’ailleurs et qui quelques fois maitrisent mieux la langue de Voltaire et Molière que les locaux, les indigènes du pays France au sens de Français dits de souche. Je ne suis pas un idolâtre de Taubira, je suis à l’opposé de ses convictions politiques, elle n’a ni accompli, ni réalisé un certain nombre de réformes judiciaires que l’on attendait. Il est donc normal qu’elle soit critiquée. Mais comme nous sommes dans une société polie, la critique a débordé le cadre de ses fonctions pour mettre en avant son phénotype, c'est-à-dire sa couleur de peau, noire.

 

On parle d’assimilation. Taubira est Docteur en économie, femme politique de premier plan, parlant la langue de Molière avec maîtrise et éloquence et sans notes quand elle intervient dans l’hémicycle comme elle l’a fait pour la Loi sur le Mariage pour tous qui portera désormais son nom dans les livres d’histoire. N’en déplaise à certains de nos hommes politiques dits de souche qui parlent médiocrement la langue française et qui sont obligés d’utiliser les notes de leurs conseillers pour s’exprimer, Taubira restera encore dans les livres d’histoire pour avoir fait voté une Loi qui considère l’esclavage comme un crime contre l’humanité.

 

Je laisse à une partie de la Droite conservatrice et extrémiste, voire à certains socialistes, la joie de fêter le départ de Taubira, mais j’ai bien peur qu’une partie de l’éloquence que l’on attend de nos députés et hommes politiques avec des références intellectuelles disparaisse à jamais de l’hémicycle. Il est intéressant de voir ce que va faire Taubira. Va-t-elle rejoindre les frondeurs pour empêcher #François Hollande d’être réélu ? Manuel Valls s’est « débarrassé » de Taubira, mais il reste Emmanuel Macron avec lequel il va devoir ferrailler car Macron a le soutien de François Hollande. Voici le nouveau Parti socialiste devenu social-libéral et qui, après le SPD allemand en 1959 à la conférence de Bad-Godesberg, est en train  de devenir libéral n’en déplaise à Martine Aubry qui n’a pas le courage de Taubira pour le dire haut et fort et pour s’organiser concrètement sur le terrain au-delà des discours d’ambiance.

 

En partant, Taubira dit qu’elle résiste car parfois résister c’est partir, comme le montre en pleine page le journal L’Humanité de ce jeudi 28 janvier 2016. On ne fera jamais taire les minorités, surtout quand elles sont intelligentes. #Gouvernement #Président de la République