La pratique du choix et l’élection d’un candidat acceptable par tous avant l’élection présidentielle a été initiée par le Parti socialiste. Monsieur Hollande  a pu profiter de la défection de Dominique Strauss-Kahn et de l’incapacité de ses adversaires pour être désigné comme le candidat de la Gauche et des Verts à l’élection présidentielle de 2012. La Droite souhaite imiter le PS et organiser des élections primaires pour départager Sarkozy, Fillon, Juppé et peut-être Copé et Morano. Les primaires n’appartiennent pas à la culture de la Droite qui préfère désigner un chef.

 

Le Président Hollande est confronté à une contestation emmenée par l’économiste Piketty et Daniel Cohn-Bendit l’enfant terrible des Verts. Piketty est un économiste de renom qui a écrit un excellent ouvrage mondialement connu (« Le capital au 21ième siècle »). Il conseille le mouvement Podemos en Espagne et l’opposition travailliste en Grande-Bretagne sur les questions économistes. Il a conseillé à un moment donné Ségolène Royal et #François Hollande qui a préféré Macron, énarque, inspecteur des finances, à lui, Piketty, diplômé d’Ulm, agrégé d’économie et directeur de recherches au CEPREMAP. Econduit par Hollande, PIketty souhaite-t-il créer un mouvement ou continuer à être un simple agitateur d’idées ? Daniel Cohn-Bendit, lui on le connait, bouillant eurodéputé, a favorisé la création d’Europe-Ecologie-Les Verts. Il estime que Hollande n’est plus à Gauche, ce qui ravit Cécile Duflot et les autres frondeurs comme Martine Aubry. Le problème est que Mélenchon ne souhaite pas participer à ces agapes de primaires car il a peur de disparaître du champ politique. Le Président Hollande se tait, observe avec un œil gourmand car il sait qu’il n’y aura pas d’élection pour les Primaires à Gauche et qu'il va tout faire pour que le nouveau mouvement l’Alliance populaire créé par le Premier Secrétaire du Parti Socialiste, Cambadélis, voit le jour.

 

A Droite et chez les Républicains, le retour de Copé dans le jeu des Primaires avec un nouveau livre « Le sursaut français », complique la tâche pour les trois candidats médiatiquement désignés que sont Juppé, Fillon et Sarkozy, même si celui-ci n’a pas encore officialisé sa candidature. Faut-il, au nom de la voix démocratique, organiser des élections à Droite comme à Gauche ? La réponse est oui, mais il faut tenir compte du service après-vente et de ce que vont faire les candidats battus.  Le problème est réel à Droite dans l’hypothèse d’une victoire de Juppé, Sarkozy ou Fillon car les deux autres battus ne resteront pas les bras croisés et on peut craindre qu’ils compliquent la campagne du vainqueur face au candidat socialiste, en l'occurence François Hollande. A Gauche, François Hollande, sans passer par les Primaires, risque de disparaître du premier tour de l’élection présidentielle si de nombreuses candidatures venant des Verts (Duflot) et du Front de Gauche (Mélenchon) contrarient son projet pour être présent au second tour de l’élection présidentielle de 2017.

 

Pendant le temps des joutes stratégiques pour les élections primaires des présidentielles à Gauche comme à Droite, la France n’aura pas mis en place les réformes concernant le marché du travail, le droit du travail, les nouvelles modalités d’organisation des relations paritaires, l’assurance maladie, les allocations chômage, la réforme de l’Etat au sens large et la mise en place des nouvelles modalités réfléchies et non subies. Le modèle américain de Uberpop est en train d’envahir progressivement le mode d’organisation de la pensée et du faire à la française et ceci dans toutes les  activités économiques et sociales. La France mérite mieux que ce modèle de bas étage et de précarisation.France éternelle, où sont passées tes idées et où est passée ton intelligence ? Pourquoi acceptes-tu que tes propres enfants se soumettent par absence de réflexion approfondie et de résistance au modèle uberpopisé américain ? #Élections #Président de la République